Deux députés, Jean-Jacques Urvoas et Michel Piron, demandent la suppression des séances de questions au gouvernement

Publié à 17h01, le 26 février 2014 , Modifié à 17h04, le 26 février 2014

Deux députés, Jean-Jacques Urvoas et Michel Piron, demandent la suppression des séances de questions au gouvernement
Séance de QAG (Maxppp).

Supprimons les QAG ! Après le dernier incident opposant Manuel Valls au député UMP Claude Goasguen lors des questions au gouvernement le 25 février - incident qui a conduit à un boycott des QAG ce mercredi de la part des parlementaires UMP - deux élus, de gauche et du centre, ont réagi en demandant la suppression pure et simple des QAG.

L'un d'eux, Jean-Jacques Urvoas, est président socialiste de la commission des lois à l'Assemblée. Un statut important qui ne l'empêche pas de souhaiter la fin de ce rituel ce mercredi sur LCP :

C’est du mauvais théâtre car qu’est-ce que ça apporte si ce n’est de voir des députés qui vocifèrent et des ministres qui hurlent ? Je pense qu’on peut utiliser le contrôle du gouvernement d’une autre façon que celle-là.

Et d'ajouter qu'il est favorable à la suppression des QAG "sous cette forme là".

Surtout, Jean-Jacques Urvoas raconte qu'il a déjà commencé à manifester sa désapprobation en ... boycottant la séance depuis trois mois.

 

Parallèlement, un autre député UDI, Michel Piron, qui a rejoint le parti en février 2013 après avoir quitté l'UMP, a tenu le même discours devant des journalistes :

Ces séances n'apportent rien. Ce sont des agressions et des contre-agressions, ça se résume à "c'est votre faute, c'est la leur". On a l'impression que c'est la prime à l'outrance. En plus, vous connaissez les réponses avant les questions.

Michel Piron a assuré que "l'immense majorité" de ses collègues était "mal à l'aise devant un tel spectacle", parlant lui aussi de "mauvais théâtre qui est le meilleur aliment de l'antiparlementarisme".

Du rab sur le Lab

PlusPlus