Manuel Valls provoque un incident de séance à l'Assemblée en apostrophant le député UMP Goasguen

Publié à 16h04, le 25 février 2014 , Modifié à 09h48, le 26 février 2014

Manuel Valls provoque un incident de séance à l'Assemblée en apostrophant le député UMP Goasguen
La droite quitte l'hémicycle, par solidarité avec le député UMP Claude Goasguen (capture France 3)

LE SPECTACLE DES QUESTIONS AU GOUVERNEMENT - Les députés UMP ont bruyamment quitté l'hémicycle ce mardi 25 février pour protester contre les propos du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, reprochant à l'un des leurs, Claude Goasguen, de "venir de l'extrême droite".

Répondant à une question du député UMP de Vendée, Yannick Moreau, Manuel Valls fait un bilan chiffré de la manifestation contre l'aéroport Notre-Dame-des-Landes qui s'est terminé dans la violence, samedi 22 février, à Nantes. "Ici il y a des députés, de votre groupe, qui ont été complaisants avec ceux qui cassaient", poursuit le ministre en référence aux débordements de la "Manif pour tous". 

Puis, face à la droite qui crie, Manuel Valls lance à un député de l'opposition :

Face à cette extrême droite, nous répondons. Monsieur Goasguen vous en venez vous de l'extrême droite, vous savez ce qu'il en est. Nous nous se sommes complaisants avec personne. Vous vous êtes complaisant.

Une référence au passé du député UMP de Paris, Claude Goasguen, qui fut très proche du groupuscule d'extrême droite Occident en tant que président de la Corpo de droit d'Assas, dans sa jeunesse.

Une vidéo isolée par le Lab et disponible ci-dessous :

 

Claude Goasguen outré, se lève, se rassoit plusieurs fois et finit par obtenir de Christian Jacob que tout le groupe UMP quitte la séance en guise de protestation.

"Des propos scandaleux qui doivent être retirés", estime l'ancien président de l'Assemblée, le député UMP Bernard Accoyer, resté dans l'hémicycle, en prenant la parole quelques minutes plus tard. "Ah bon", peut-on lire sur les lèvres du ministre de l'Intérieur, assis sur les bancs du gouvernement.

[Bonus track] Chose rarissime, dans un tweet adressé au Lab, Cécile Duflot écrit que "Manuel Valls a raison" et qu'il ne fait que "le simple rappel historique d'une réalité".

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus