Écoutes de Nicolas Sarkozy : pour le député UDI Jean-Christophe Lagarde, Christiane Taubira prend les Français "pour des c…"

Publié à 10h22, le 11 mars 2014 , Modifié à 17h28, le 11 mars 2014

Écoutes de Nicolas Sarkozy : pour le député UDI Jean-Christophe Lagarde, Christiane Taubira prend les Français "pour des c…"

MOTS FLEURIS – L’opposition en est persuadée : l’exécutif, François Hollande, Manuel Valls et Christiane Taubira en tête, était au courant que la justice écoutait Nicolas Sarkozy et son avocat. C’est également ce qu’affirme lundi 10 mars Pierre Charon, sénateur UMP et ancien conseiller élyséen, assurant qu’à l’époque de Nicolas Sarkozy, "tout remontait". Pour lui, la ministre de la Justice est une "menteuse".

Jean-Christophe Lagarde, député UDI, pense la même chose. Et l’exprime dans des termes plus fleuris, ce mardi 11 mars sur Twitter :

Et d’ajouter, pointant une forme de dérive du pouvoir - une dérive "totalitaire", pour le député UMP Claude Goasguen :

Jean-Christophe Lagarde, Pierre Charon et Claude Goasguen n’ont pas été les seuls, à droite, à affirmer que Christiane Taubira était informée des écoutes pratiquées sur l’ancien chef de l’État.

Peu avant sur RFI, Luc Chatel avait mis en cause Manuel Valls et François Hollande. 

Les policiers qui ont pratiqué ces écoutes, sur instruction des magistrats, comment n’ont-ils pas remonté cette information à leur hiérarchie ? Les policiers font leur travail. Les policiers, lorsqu’ils sont sur une enquête difficile, de manière très légitime, remontent leur information à leur hiérarchie. Je n’imagine pas une seconde que le ministre de l’Intérieur n’ait pas pu être au courant. Et je n’imagine pas une seconde que le ministre de l’Intérieur n’ait pas informé son supérieur, c’est-à-dire le président de la République

De son côté, sur France Info, ce mardi, Gilbert Collard ne croit pas, lui non plus, que Christiane Taubira pouvait ignorer ces écoutes de l’ancien chef de l’Etat. "Quand on entend Madame Taubira dire qu’elle n’est pas au courant. Bah, elle nous prend pour des blaireaux", lâche le député du Front national et candidat aux municipales dans le Gard.

Puis celui qui est également avocat développe :

Le directeur de la police judiciaire, ses fonctionnaires lui rendent compte. Et il est directement sous l’autorité du ministre de l’Intérieur. Les procureurs de la République ont accès au dossier et ils ont leurs bureaux à côté des bureaux des magistrats...

Edit 17h15 : ajout des déclarations de Luc Chatel et du tweet de Nadine Morano

Du rab sur le Lab

PlusPlus