En réaction aux révélations de Closer sur Philippot, Rama Yade propose ... la VIe République.

Publié à 13h17, le 12 décembre 2014 , Modifié à 13h35, le 12 décembre 2014

En réaction aux révélations de Closer sur Philippot, Rama Yade propose ... la VIe République.
Rama Yade sur i>Télé le 12 décembre 2014. © image i>Télé

L'argument insoupçonné du jour. Interrogée ce 12 décembre sur i>Télé sur la révélation par Closer de l'homosexualité de Florian Philippot, Rama Yade en est arrivée à une conclusion quelque peu originale au vu du sujet : passons vite à une VIe République.

La conseillère régionale UDI d'Ile-de-France explique que la société en est arrivée à "une forme de dictature de la transparence" après avoir passé des années privée d'informations sur des personnalités politiques agissant "en dehors la légalité". Dans une "classe politique où règne le soupçon", la presse en vient donc à un fort niveau d'intrusion, y compris dans la vie privée :

C’est une époque de transparence absolue qui touche aussi bien la vie privée que les dossiers fiscaux. C’est une forme de dictature de la transparence. Que nous payons tous, pourquoi ? Parce que pendant des années, des hommes et des femmes politiques ont pu faire des choses en dehors de la légalité en toute impunité. Et donc, aujourd’hui, nous sommes mis dans le même sac, aussi bien sur des questions personnelles que sur des engagements professionnels.



On en est là parce que tant que sur la classe politique régnera le soupçon, eh bien une certaine presse fera ce genre de chose.

La solution ? Modifier les comportements, inclure davantage le citoyen, et ... passer à une VIe République, une idée portée depuis quelques mois par l'ancienne ministre :

Donc il faut, dans un système à bout de souffle, qu’on passe réellement à une VIe République.

Rama Yade n'est-elle pas en train de s'éloigner un brin du sujet (Florian Philippot en une de Closer, on le rappelle au cas où) ? Pas du tout, l'élue va réussir à retomber sur ses pattes :

Je pense qu’il faut qu’on change de République, il faut qu’on réforme profondément nos institutions, qu’il y ait plus de transparence démocratique car quand il y aura plus de pouvoirs pour nos citoyens à travers la votation populaire et des choses de ce genre ... eh bien nous n’aurons pas cette curiosité malsaine qui conduit peut-être à détruire des vies.



A LIRE AUSSI SUR LE LAB

> Marine Le Pen prône un durcissement des sanctions contre les journaux qui violent la vie privée

> De la lecture variable de Closer par Louis Aliot

Du rab sur le Lab

PlusPlus