Le parti d'extrême droite la Ligue du Sud accuse le FN d'être sectaire

Publié à 12h16, le 24 février 2015 , Modifié à 13h53, le 24 février 2015

Le parti d'extrême droite la Ligue du Sud accuse le FN d'être sectaire
Jacques Bompard et Marion Maréchal-Le Pen sur les bancs de l'Assemblée © JACQUES DEMARTHON / AFP

"Sur le papier, on peut en faire tomber plusieurs." Ce mardi 24 février sur France 2, Marion Maréchal – Le Pen est confiante, un mois avant les élections départementales. "On", à savoir le Front national, envisage donc "d'en faire tomber plusieurs", autrement dit des départements. Et parmi les départements dans le viseur du FN, il y a le Vaucluse, "au hasard", dit l'élue du… Vaucluse.

Mais le parti de Marine Le Pen a pourtant un adversaire de taille dans ce département ; et cet ennemi a un nom : Jacques Bompard. Le député-maire d'Orange, ancien du FN, est aujourd'hui à la tête du mouvement d'extrême droite la Ligue du Sud. Et, comme beaucoup d'anciens du FN, l'élu aime beaucoup critiquer son ancien camp.

Cité par Libération (article payant) ce mardi 24 février, Jacques Bompard étrille le parti qu'il a quitté en 2005. Il dit :

Il a le même fonctionnement que celui des autres partis, celui d'une secte.

Et le député-maire d'Orange d'accuser le FN d'être "jacobin et autoritaire".

La Ligue du Sud sera présente au premier tour des départementales dans cinq cantons. Ce qui a le don d'irriter Marion Maréchal-Le Pen. Également dans Libé, la député FN du Vaucluse cible son adversaire. "Les Bompard sont animés par leurs griefs personnels vis-à-vis du FN. J'ai proposé un arrangement pour les départementales, qui a été balayé par Jacques Bompard", dit-elle.  

Elle prédit :

Les candidats de la Ligue du Sud seront balayés dès le premier tour

Mais bon, comme les élections approchent, mieux vaut peut-être arrondir les angles. Les deux partis n'écartent donc pas l'hypothèse d'un accord au second tour des départementales. "S'ils viennent me voir…", dixit Bompard vs. "s'il faut un accord", selon Le Pen.

Cette tension entre la Ligue du Sud et le FN vaut aussi pour d'autres élections. En juillet 2014, le député-maire d'Orange avait mis fin aux discussions avec le FN en vue des sénatoriales. "Il n'y a plus de négociations. On ne veut pas être des harkis, on veut être des partenaires", avait-il lâché. Jacques Bompard souhaitait imposer la candidature de sa femme et maire de Bollène Marie-Christine Bompard en tête de liste. Une demande qui n'a pas vraiment plu au Front national.

Du rab sur le Lab

PlusPlus