Face à Hidalgo, Royal remporte une première manche sur le projet d'extension de Roland-Garros

Publié à 15h00, le 18 mars 2015 , Modifié à 15h10, le 18 mars 2015

Face à Hidalgo, Royal remporte une première manche sur le projet d'extension de Roland-Garros
Ségolène Royal © DAMIEN MEYER AFP

Qu'on rassure les amateurs de tennis et ceux de football ou de rugby : non, le tournoi de Roland-Garros ne se jouera pas sur gazon. La proposition de Ségolène Royal un chouia déformée de jouer le fameux tournoi sur les pelouses de Jean Bouin et du Parc des princes -  ce qu'Anne Hidalgo avait trouvé un peu "farfelu" -  ne verra probablement pas le jour.

Mais la maire de Paris n'a pas pour autant remporté la partie. Le Conseil de Paris a voté, ce mercredi 18 mars, le vœu déposé par les élus du groupe écologiste de Paris. Comme le souhaitait Ségolène Royal, une nouvelle étude de faisabilité du contre-projet des opposants à l'extension de Roland-Garros sera menée.

Voici le vœu voté : 



Anne Hidalgo refusait encore mardi 16 mars de relancer une étude sur un projet alternatif. Soutenue par Manuel Valls sur ce dossier, la maire de Paris voulait entériner l'extension de Roland-Garros par les serres d'Auteuil. Mais, pour éviter une coalition Vert - UMP - UDI - Modem contre son projet, Anne Hidalgo s'est résolue à accepter cette nouvelle étude. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus