Gérard Larcher veut faire la chasse aux "certificats médicaux bidons" des sénateurs absentéistes

Publié à 17h47, le 18 mars 2015 , Modifié à 18h16, le 18 mars 2015

Gérard Larcher veut faire la chasse aux "certificats médicaux bidons" des sénateurs absentéistes
Gérard Larcher © JACQUES DEMARTHON / AFP

TON CARNET DE CORRESPONDANCE, STP – Qui n’a jamais simulé un bon gros rhume, au moins une fois, pour s'épargner une journée de travail particulièrement pénible ? Un péché véniel pour le citoyen ordinaire mais plus grave quand l’affabulateur est un élu chargé de concocter les lois.

C’est en tout cas l’opinion de Gérard Larcher, bien décidé à siffler la fin de la récréation pour les parlementaires absentéistes du Sénat. Comment ? Dans un article publié sur Parismatch.com ce mercredi 18 mars, le patron UMP de la chambre haute du Parlement identifie les faux prétextes médicaux comme une des sources majeure du problème. Il prévient :

"

Je ne veux plus de certificats médicaux bidons. C’est le prix à payer pour retrouver un Sénat fort et crédible.

"

D’autant que lesdits certificats de complaisance ne seraient pas des cas isolés : le sénateur des Yvelines en a compté 4.400 en 2013, toujours selon le site de Paris-Match.

Alors que le Sénat est régulièrement épinglé pour le train de vie et la charge de travail de ceux qui y siègent, y compris par les plus hauts responsables de l’Etat, Gérard Larcher a présenté le 11 mars une réforme de l’institution.

Le cœur de ce projet, censé s’appliquer dès le 1er octobre 2015 : instaurer des sanctions financières pour les élus qui sécheraient les séances de vote et de travail en commission.

Du rab sur le Lab

PlusPlus