Jean-Christophe Cambadélis veut que le PS "fasse parti"

Publié à 12h22, le 15 avril 2014 , Modifié à 12h29, le 15 avril 2014

Jean-Christophe Cambadélis veut que le PS "fasse parti"
Jean-Christophe Cambadélis © MaxPPP

Annoncé pour prendre la tête du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambabélis adapte déjà son costume au rôle de premier secrétaire. Interrogé par Libération ce mardi 15 avril, le député de Paris annonce la couleur :

Il faut "faire parti". Ni coup de barre à gauche, ni coup de barre à droite : penser militants, militants, militants.

"Faire parti", nouvel exemple de novlangue socialiste qui fait penser au rapport sur la refondation de la politique d’intégration. Ce rapport, remis en novembre 2013 à Jean-Marc Ayrault, préconisait "désormais, de "faire France" en reconnaissant la richesse des identités multiples". En août 2012, avant que ne débute le débat sur le mariage pour tous, Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la Famille, parlait elle de "faire famille".

Les éléments de langage du PS version Cambadélis ne sauraient se limiter à cette seule expression. Avant même de prendre le bureau d’Harlem Désir laissé vacant, le socialiste présente au Parisien une "feuille de route" orientée autour des "3 R" : "Renouveau", "rénovation" et "rassemblement". Commentaire du futur premier secrétaire :

Le programme est chargé.

Chargé mais déjà entamé, du moins en ce qui concerne le "renouveau" : lundi 14 avril, David Assouline a dit "au-revoir"  au porte-parolat du Parti socialiste.

Jean-Christophe Cambadélis, lui, doit être élu premier secrétaire mardi 15 avril dans la soirée, à l’issue du conseil national du PS. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus