Jean-Marie Le Guen estime que Cécile Duflot est "en voie de radicalisation" et qu’elle ne représente pas les Verts

Publié à 22h39, le 21 janvier 2015 , Modifié à 10h10, le 22 janvier 2015

Jean-Marie Le Guen estime que Cécile Duflot est "en voie de radicalisation" et qu’elle ne représente pas les Verts
Jean-Marie Le Guen, le 18 juin 2014 © ALAIN JOCARD / AFP

Vous avez aimé les "djihadistes Verts" ? Vous adorerez les écolos "en voie de radicalisation". La trouvaille sémantique est de Jean-Marie Le Guen, à propos de Cécile duflot. Invité de l’émission "Questions d'info" LCP-France Info-Le Monde-AFP ce mercredi 21 janvier, le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement a critiqué en ces termes le positionnement politique de l’ex-ministre du Logement, accusée d’être de plus en plus critique vis-à-vis du gouvernement :

"

Cécile Duflot, ce n’est pas les Verts. Cécile Duflot est sur une trajectoire politique (…). Elle est dans une espèce de voie de radicalisation.

"

Un vocabulaire qui n’est pas innocent, au regard de l’actualité marquée par le terrorisme et la menace djihadiste. Jean-Marie Le Guen prend d’ailleurs soin de condamner Cécile Duflot sur ce thème-là aussi, en l’opposant à l’un de ses camarades Verts :

"

Sur les questions touchant au terrorisme, quand j’entends François de Rugy (le coprésident du groupe Europe Ecologie-les Verts à l’Assemblée nationale) qui appelle à la responsabilité, à la mobilisation contre le terrorisme, je n’entends pas les mêmes propos dans la voix de Cécile Duflot.

"

En guise de riposte, l’intéressée a préféré opter pour le second degré, comme l’illustre l’un de ses tweets publié le même jour :


Du rab sur le Lab

PlusPlus