Jérôme Lavrilleux va demander à ses collègues eurodéputés de voter pour la levée de son immunité parlementaire

Publié à 17h31, le 13 mars 2015 , Modifié à 17h34, le 13 mars 2015

Jérôme Lavrilleux va demander à ses collègues eurodéputés de voter pour la levée de son immunité parlementaire
Jérôme Lavrilleux, "serein" devant la perspective de la levée de son immunité parlementaire © PATRICK HERTZOG / AFP

AVEC MA BÉNÉDICTION - Jérôme Lavrilleux aborde les mois qui viennent "très sereinement". Tellement "sereinement" que selon nos informations, l'eurodéputé UMP, ex-directeur adjoint de la campagne 2012 de Nicolas Sarkozy mis en cause dans l'affaire Bygmalion, va demander à ses collègues du Parlement européen de voter pour la levée de son immunité parlementaire.

L'un de ses proches explique au Lab :

Il est favorable à la demande de levée de son immunité parlementaire. Il votera pour et appellera ses collègues à faire de même.

 

Le Parlement européen a commencé, lundi 9 mars, à étudier cette demande, émanant des juges parisiens instruisant le dossier et qui doit permettre l'audition en garde à vue de Jérôme Lavrilleux. L'institution basée à Strasbourg avait officiellement accusé réception de cette requête le 14 janvier.

Lundi, la Commission des Affaire juridiques du Parlement européen s'est donc réunie à huis-clos pour un premier "échange de vues" sur le sujet. "Jérôme Lavrilleux a accepté de se rendre à l'audition demandée par la Commission" à la suite de cette réunion, indique encore son entourage, qui précise qu'il s'agit là d'une "question de courtoisie et de transparence : il n'était pas obligé d'accepter". Cette audition devrait avoir lieu fin mars.

Pour la suite de la procédure, un second échange de vues peut avoir lieu après cette audition avant la rédaction d'un rapport par un eurodéputé membre de la Commission. Ledit rapport doit ensuite être voté en commission puis en séance plénière, dans l'hémicycle du Parlement européen. Au final, la décision sur la levée ou non de l'immunité parlementaire de Jérôme Lavrilleux n'interviendra pas avant plusieurs mois. 

Si l'immunité était levée, l'eurodéputé pourrait être placé en garde à vue ou faire l'objet de mesures coercitives dans le cadre d'un éventuel contrôle judiciaire. Les juges français ont déjà mis sept personnes en examen, dont quatre anciens dirigeants de Bygmalion et trois anciens cadres de l'UMP, dont son ex-directeur général, Eric Cesari, un proche de Nicolas Sarkozy. Mais pas Jérôme Lavrilleux, qui avait été entendu en garde à vue pendant douze heures en juin, alors que son mandat de député européen n'avait pas démarré.

À l'avenir, une mise en examen "serait dans l'ordre des choses", poursuit ce proche de l'élu. Qui ajoute que là encore, l'intéressé y trouverait du bon :

 

Il l'attend pour avoir accès au dossier. Aujourd'hui, il découvre les PV des autres auditions dans la presse. C'est assez désagréable pour lui. 

>> À lire également sur Le Lab

Jérôme Lavrilleux souhaite à Jean-François Copé de devenir président de la République

Un ancien de Bygmalion, un ancien comptable du groupe UMP à l’Assemblée : comment Jérôme Lavrilleux s’entoure au Parlement européen

Du rab sur le Lab

PlusPlus