L’UDI Louis Giscard d’Estaing pas opposé à une alliance avec Laurent Wauquiez pour les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes

Publié à 16h40, le 06 février 2015 , Modifié à 10h02, le 11 février 2015

L’UDI Louis Giscard d’Estaing pas opposé à une alliance avec Laurent Wauquiez pour les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
Louis Giscard d'Estaing et Laurent Wauquiez © Montage Le Lab AFP

La désignation de Laurent Wauquiez par l’UMP pour les régionales en Rhône-Alpes-Auvergne passe mal à l’UDI, où l’on soutenait le moins droitier Michel Barnier dans la perspective d’une liste d’union. En réaction, le parti centriste a prévenu qu’il pourrait se présenter en autonome. Jean-Christophe Lagarde, le patron de l’UDI, s’est même fait menaçant jeudi, sur le mode "vous allez voir ce que vous allez voir" :

Si c’est Laurent Wauquiez (qui est désigné, NDLR), qui a marqué une droitisation extrême au cours de ces derniers mois et de ces dernières années, nous ne pourrons pas être sur la même liste.

Sauf qu’en dépit de ces déclarations martiales, la droite et le centre auvergnats ne semblent pas vraiment disposés à s’engager sur le chemin de la guerre.

Témoin, ce communiqué de l’UDI Louis Giscard d’Estaing envoyé aux rédactions ce 6 février. "LGE", successeur de son président de père à la mairie de Chamalières et figure de la vie politique auvergnate, s’y prononce sans détour pour le rassemblement UMP-UDI :

Compte tenu de la gravité du contexte politique national, et du poids économique de la 2ème région de France, j’en appelle au sens de la responsabilité collective des responsables régionaux des formations politiques aspirant à des alternances régionales comme nationales pour œuvrer ensemble, si les conditions se trouvent réunies, à la constitution d’un projet commun.

De la part de celui qui avait été désigné en décembre "chef de file" de l’UDI pour la région par la formation centriste (le terme désigne la personne la plus susceptible d’être investie tête de liste), la prise de position n'est pas anodine.

Contacté par Le Lab ce jeudi, Louis Giscard d’Estaing prend acte de l’éviction de Michel Barnier, qu’il avait soutenu. Mais confirme qu’il ne ferme pas la porte à Laurent Wauquiez, loin de là :

Je note déjà des déclarations d’ouverture de sa part. Il peut y avoir un rassemblement et la constitution d’un projet commun, sous réserve du respect des valeurs et des différentes sensibilités de la droite et du centre.

Les réticences de Jean-Christophe Lagarde, le chef de sa formation politique, vis-à-vis du secrétaire général de l'UMP ? Réponse diplomatique mais ferme de l’ancien député du Puy-de-Dôme :

Je me place dans une perspective régionale, Jean-Christophe Lagarde est plus sur les enjeux nationaux. Pour moi, le préalable, ce n’est pas le positionnement politique personnel du candidat choisi par la droite. C’est la possibilité d’engager l’alternance dans deux régions dirigées depuis longtemps par la gauche.

Un désaccord assumé qui n'est peut-être pas totalement étranger à la guerre de succession qui a opposé Jean-Christophe Lagarde et Hervé Morin pour remplacer Jean-Louis Borloo à la tête de l'UDI. Louis Giscard d'Estaing avait alors soutenu le second, favorable à une ligne moins intransigeante que le premier sur la question de l'indépendance de l'UDI vis-à-vis de l'UMP.

La motivation du vice-président de l'UDI concernant ce scrutin peut aussi être prise en compte. Selon une confidence d'un proche d'Hervé Morin au Lab jeudi, le cadet de Valérie Giscard d'Estaing est assez "partagé" sur l'idée de briguer la tête de la nouvelle région Rhône-Alpes-Auvergne. Même avec le soutien d'un sondage flatteur du Progrès, qui l'a consacré comme candidat le plus connu pour ce scrutin.

>> À relire : Pour Michel Barnier, l'investiture par l'UMP de Laurent Wauquiez pour les régionales est "une faute politique"

[Edit 17h27] - Ajout de la confidence d'un proche d'Hervé Morin au Lab et du sondage du Progrès sur le scrutin

Du rab sur le Lab

PlusPlus