Le FN croit vivre le dernier livre de Michel Houellebecq avec la candidature de l'Union des Démocrates Musulmans de France aux départementales

Publié à 18h02, le 13 février 2015 , Modifié à 18h02, le 13 février 2015

Le FN croit vivre le dernier livre de Michel Houellebecq avec la candidature de l'Union des Démocrates Musulmans de France aux départementales
Marine Le Pen et Michel Houellebecq © Montage via AFP

EX LIBRIS - Vous reprendrez bien un peu de Houellebecq ? Peu après la sortie du livre Soumission, qui imagine l'arrivée au pouvoir en 2022 d'un islamiste modéré, Marine Le Pen avait estimé qu'il s'agissait d'une "fiction qui pourrait un jour devenir réalité".

Du coup, après l'annonce de la candidature dans 8 cantons de l’Union des démocrates musulmans français (UDMF), la présidente du Front national voit rouge. Et voit sa théorie confirmée, en tous cas de son point de vue.

Vendredi 13 février, l'ancienne candidate à l'élection présidentielle a commenté la candidature de l'UDMF, estimant que "la réalité rejoint la fiction", le tout agrémenté d'un hashtag sans équivoque : #Soumission

Mais la présidente du FN n'est pas la seule à évoquer le livre de Michel Houellebecq pour dénoncer l'émergence politique de l'UDMF. Dans la Lettre du Front, newsletter à destination des militants FN, du 13 février, le secrétaire général du parti Nicolas Bay évoque lui-aussi l'œuvre de l'écrivain. Il écrit :

Dans son dernier roman, 'Soumission', Michel Houellebecq décrit l'arrivée au pouvoir d'une formation politico-religieuse baptisée 'Fraternité musulmane'. Un sujet auquel l'actualité donne un étonnant écho à travers l'émergence d'un parti politique ouvertement communautaire.

C'est donc une deuxième salve, cette fois par le prisme littéraire, qu'envoie le FN à l’Union des démocrates musulmans français. Jeudi 12 février, après les révélations du Parisien sur la candidature de l'UDMF dans 8 cantons, plusieurs ténors frontistes avaient dégainé, dénonçant cette information par l'angle politique. "Encore une fois, l’UMP et le PS vont se plaindre de conséquences dont ils sont pourtant les seuls responsables", avait ainsi commenté Steeve Briois, vice-président du FN.

Du rab sur le Lab

PlusPlus