Le maire UMP de Villejuif veut débaptiser le parvis Georges Marchais

Publié à 13h23, le 19 décembre 2014 , Modifié à 16h05, le 19 décembre 2014

Le maire UMP de Villejuif veut débaptiser le parvis Georges Marchais
Georges Marchais et l'esplanade à son nom, à Villejuif © Montage Le Lab

Georges March-qui ? - Après 69 ans de gestion communiste, Villejuif est passée à droite lors des élections municipales de mars 2014. "Bilan globalement positif" ou pas, comme dirait Georges Marchais, les électeurs de cette commune de banlieue parisienne ont troqué le drapeau rouge pour l’étendard bleu de l’UMP. Et ce changement, le nouvel édile le veut gravé dans le marbre, qu’on se le dise !

Franck Le Bohellec a donc décidé de débaptiser le "parvis Georges Marchais" situé sur sa commune, rapporte l’Humanité daté de vendredi 19 décembre. La plaque dédiée au patron historique du PCF (de 1972 à 1994), par ailleurs député du cru (de 1973 à 1997), sera remplacée par un panonceau en hommage à Georges Mathé, résistant gaulliste et éminent professeur de médecine disparu en 2010.

Leur grand homme rayé de la carte comme un vulgaire dissident soviétique ? Les communistes locaux s’indignent. D’autant que la plaque de l’ex-secrétaire général du PCF n’avait été inaugurée qu’en 2013, par la précédente municipalité. Un rassemblement de protestation est déjà prévu lundi 22 décembre, précise l’Humanité.

Du côté de la mairie de Villejuif, on reste droit dans ses bottes. Au cabinet de Franck Le Bohellec, on souligne au Lab que les figures de l’histoire communiste sont déjà bien servies dans les dénominations des rues de la commune :

Il s’agit de réintroduire un peu de diversité, de mieux représenter nos talents et nos traditions.

Il est vrai que sur le plan de quartier, Georges Mathé ne manquera pas d'illustres voisins de gauche : rue Guy Môquet en face, avenue Paul Vaillant-Couturier sur le côté, rue Romain Rolland un peu plus loin...

Surtout, la nouvelle équipe dirigeante ne cache pas son peu de considération pour Georges Marchais :

C’est un personnage très controversé. Il a soutenu le régime soviétique, qu’on considère responsable de millions de victimes. Souvenez-vous de son silence lors du soulèvement de Prague.

Franck Le Bohellec a déjà eu maille à partir avec les communistes villejuifois. Quelques semaines après son élection, le premier magistrat de la ville avait fait intervenir la police pour déloger des militants qui vendaient leur traditionnel muguet du 1er mai aux alentours de l’hôtel de Ville.

Du rab sur le Lab

PlusPlus