Marche républicaine: Mélenchon moque les dirigeants internationaux "protégés par une armée"

Publié à 09h03, le 14 janvier 2015 , Modifié à 09h06, le 14 janvier 2015

Marche républicaine: Mélenchon moque les dirigeants internationaux "protégés par une armée"
Jean-Luc Mélenchon sur RTL le 14 janvier 2015. © image RTL

RIDICULES - Invité de RTL ce 14 janvier, Jean-Luc Mélenchon a moqué les dirigeants internationaux qui, le 11 janvier, ont participé à la marche républicaine française dans un cortège très strictement encadré, "protégés par une armée" selon ses termes. L'eurodéputé y voit une nouvelle démarcation entre le peuple et ses représentants :

"

Et puis surtout quelle image ! D’un côté le peuple qui dit "je n’ai pas peur" (…) et puis de l’autre 44 personnes entourées par une armée qui peinent à marcher 150 mètres. Le général de Gaulle, à la libération de Paris, reste debout pendant que tout le monde lui tire dessus. Vous voyez le paradoxe.

"

Le 12 janvier, il avait déjà tweeté :

Jean-Luc Mélenchon dénonce également ce mercredi la présence de "personnages plus que suspects et d'ennemis de la liberté d'expression" en citant le Premier ministre hongrois Victor Orban:

"

Je fais partie de ces députés européens qui lèvent à intervalles réguliers des pancartes contre Monsieur Orban et son gouvernement. Le voir là défendre la liberté d’expression était absolument révulsif.

"

Le leader du Front de gauche répète que "la marche de dimanche n'appartient à personne" et que "ceux qui ont essayé de se l'approprier [les 44 chefs d'Etat selon lui, ndlr] sont ridicules". Il voit dans cette mobilisation "l'énormité du peuple souveraine" :

"

Je voudrais que ce mouvement dirige la France !

"

Jean-Luc Mélenchon appelle également à acheter Charlie Hebdo, un "acte civique". La ruée vers les kiosques est selon lui "une très bonne attitude, une bonne réplique à la tentative d’intimider, la liberté d'expression".



BONUS TRACK

Cœur avec les doigts pour Le Figaro. Jean-Luc Mélenchon a voulu aborder la question du financement "déplorable" de la pression d'opinion. Il cite en exemple certains journaux trop peu aidés à ses yeux, y compris ... Le Figaro :

"

Il n'est pas normal que certains gratuits ou journaux de divertissement reçoivent plus d'argent que n'en reçoit Le Monde diplomatique, L'Humanité ou d'autres journaux d'opinion - peut-être devrais-je inclure Le Figaro, journal d'opinion très bien fait. La presse d'opinion est un antidote à ceux qui veulent faire taire le droit de penser différemment, fusse au prix de l'offense, parce que parfois l'opinion des autres nous offense mais nous devons traiter avec elle.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus