Martine Aubry défend la démarche des députés socialistes signataires d’un "contrat de majorité" à destination de Manuel Valls

Publié à 15h44, le 07 avril 2014 , Modifié à 20h50, le 07 avril 2014

Martine Aubry défend la démarche des députés socialistes signataires d’un "contrat de majorité" à destination de Manuel Valls
Manuel Valls et Martine Aubry (MaxPPP)

AH ! SI J’ÉTAIS DÉPUTÉE - C’est une Martine Aubry enjouée, confiante envers le nouveau Premier ministre, que les Lillois ont aperçu ce lundi 7 avril. Confiante mais également en totale adéquation la démarche de son ancien lieutenant, Jean-Marc Germain, qui a pris la tête des "constructeurs", ces députés PS qui souhaitent peser sur la politique du gouvernement.

Ceux-ci, au nombre de 86, ont signé un "contrat de majorité", texte qui définit les conditions dont ces parlementaires accorderont leur confiance au nouveau gouvernement, mardi 8 avril. Martine Aubry approuve cette démarche. Mieux, si elle avait été députée, elle aurait "signé" ce texte.

Mais, pour l’édile socialiste, ce "contrat" n’est pas un signe de défiance à l’égard du nouveau Premier ministre :

Jean-Marc Germain, qui est un de mes proches, l'a redit ce matin: "Notre sujet n'est pas d'ennuyer le gouvernement mais au contraire d'accompagner et d'aider le gouvernement". […] Pour que notre République marche bien, il faut un président qui donne le projet, qui dise où on va, il faut un gouvernement qui gouverne et il faut un Parlement qui soit entendu.

Jean-Marc Germain était, jusqu'ici, le porte-parole officieux de Martine Aubry. Par ses mots, la maire de Lille semble lui donner mandat pour parler en son nom

Du rab sur le Lab

PlusPlus