Municipales : François Fillon dédramatise l’élection de maires FN en France

Publié à 09h07, le 28 mars 2014 , Modifié à 09h19, le 28 mars 2014

Municipales : François Fillon dédramatise l’élection de maires FN en France
François Fillon (Reuters)

PAS GRAVE – Un maire FN à Hénin-Beaumont, voire à  Béziers, Avignon, Saint-Gilles, etc. comme le laissent à penser certains sondages ? Pour François Fillon, ce n’est pas dramatique. Invité d’Europe 1 vendredi 28 mars, l’ancien Premier ministre a minimisé la possible élection de maire FN dans quelques communes française :

Il ne faut pas raconter n’importe quoi. Il ne faut pas brandir en permanence l’épouvantail de la République en danger. Il ne faut pas dire que parce qu’il va y avoir des maires Front national aux élections municipales, alors qu’il y en déjà eu dans le passé, la République va s’effondrer. Comment est-ce que vous pensez que les Français  réagissent à ce genre de discours ? Ils ne sont pas fous. Ils voient bien que ce n’est pas la réalité.

Pour lui, le vrai danger est ailleurs. C’est ce qu’il a déclaré au Figaro jeudi 27 mars, estimant que la République est en danger "à cause de la politique actuelle qui a plongé notre pays dans la dépression économique et civique".

De quoi consolider ce mantra qu’il a fait sien, le fameux "ni ni", ni PS, ni FN, brandi par l’UMP à chaque élection. Pour autant, François Fillon reconnaît que cette règle ne s’appliquait pas à toutes les élections :

Si demain il y avait à l’élection présidentielle ou aux élections législatives un danger de voir le Front national accéder au pouvoir, bien sûr que la question du front républicain se poserait mais elle ne se pose pas quand il y a trois ou quatre communes qui sont en cause. Il y a déjà eu des maires Front national. Ca a d’ailleurs été un désastre pour les communes. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus