Notre-Dame-des-Landes : Ségolène Royal et les ministres du gouvernement Valls "ont la même position que nous", assure Emmanuelle Cosse, la patronne des Verts

Publié à 15h57, le 13 avril 2014 , Modifié à 16h29, le 13 avril 2014

Notre-Dame-des-Landes : Ségolène Royal et les ministres du gouvernement Valls "ont la même position que nous", assure Emmanuelle Cosse, la patronne des Verts
Emmanuelle Cosse (Capture d'écran de France 2).

AU REVOIR L'AYRAULTPORT - Maintenant que Jean-Marc Ayrault est parti, le gouvernement Valls semble sur le point d'enterrer la construction de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes. Nouvel indice ce dimanche 13 avril, sur France 2, Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'Europe Écologie Les Verts indique s'être entretenue avec Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, sur ce dossier. Et les socialistes auraient désormais "la même position" que les écologistes.

"J'ai eu Ségolène. Elle m'a demandé une liste de gens qu'elle pourrait consulter, qui pourraient l'aider", annonce la patronne des écolos au député européen Yannick Jadot, en présence de la caméra de France 2.

Puis, toujours filmée, celle qui s'était un peu emballée sur le coût de la construction de cet aéroport, assure que la nouvelle ministre de l'Écologie et le gouvernement Valls ont "la même position" que les Verts et jouent simplement la montre :

"

Et sur Notre-Dame-Des-Landes, elle est vraiment...ils ont la même position que nous sauf que...je lui ai dit "tu devrais recevoir les associations".

Elle m'a dit "Je vais attendre que les recours soient au bout quoi".

"

"Bon, on va bien voir ce qui va nous arriver", répond, sceptique, Yannick Jadot.

Un passage isolé par le Lab :


Le Monde écrivait déjà le 5 avril que Manuel Valls avait proposé aux écologistes de suspendre la construction de cet aéroport contre leur maintien au gouvernement. "Il n'a fait aucune promesse mais il a clairement laissé entendre qu'il avait une marge de manœuvre sur ce dossier là", précisait Emmanuelle Cosse au Télégramme.

Du rab sur le Lab

PlusPlus