Où l'on apprend que l'étudiant Macron n'était pas doué en économie et voulait devenir romancier

Publié à 12h40, le 23 janvier 2015 , Modifié à 13h01, le 23 janvier 2015

Où l'on apprend que l'étudiant Macron n'était pas doué en économie et voulait devenir romancier
Emmanuel Macron © AFP / FRED DUFOUR

"Fâché avec les mathématiques – il suit des cours de soutien – moyen en latin, Emmanuel ne fait pas non plus d'étincelles en économie". Ainsi le Parisien Magazine décrit-il, ce vendredi 23 janvier, l'élève Macron devenu aujourd'hui ministre de l'Économie.

Nous sommes en 1995 et le jeune Emmanuel Macron est en prépa, au fameux lycée Henri IV à Paris. Et le jeune homme n'est pas particulièrement porté sur les chiffres. Non, son truc à lui, c'est le français, la poésie, la littérature. C'est en tous cas ce qui ressort des commentaires de certains anciens camarades relayés par le Parisien Mag. "Certains d'entre nous étaient des graines de technocrates qui visaient l'ENA. Pas lui. Il avait un profil très littéraire et un intérêt sincère pour la poésie", dit l'un d'eux. Un autre, Yannick Papaix, ajoute :

"

Il avait de la prestance, un air de romantique allemand.

"

Et en plus, il était "assez beau gosse", ajoute une troisième.

On vous laisse juger sur pièce avec cette capture d'écran ci-dessous : 



© Tourte et Petitin

À en croire ses anciens camarade de prépa, le nouveau patron de Bercy aurait bien voulu percer dans l'univers artistique, que ce soit dans la littérature, au théâtre ou au cinéma. Un ancien d'Henri IV ajoute :

"

Il me racontait qu'il passait des castings et qu'il n'avait pas été pris pour un film avec Jean-Pierre Marielle. Cela me paraissait un peu fou.

"

Fou, mais pas tant que ça puisque l'étudiant suivait en parallèle de sa prépa la classe libre du cours Florent. Un autre camarade, le même qui trouvait à Emmanuel Macron "un air de romantique allemand", rapporte que le ministre de l'Économie voulait devenir un romancier "dont la critique parlerait". "Il avait écrit un récit d'aventures, non publié, qui se passait dans l'Amérique précolombienne", explique Yannick Papaix.

Emmanuel Macron est un peu occupé en ce moment avec la défense de sa loi croissance. Mais qui sait, peut-être, un jour, publiera-t-il ce roman d'aventures ? Si tel est le cas, on lui souhaite d'avoir un peu plus de succès que Christine Boutin

Du rab sur le Lab

PlusPlus