Oups, André Vallini oublie qu’il y a déjà deux députés FN à l’Assemblée nationale

Publié à 10h01, le 18 novembre 2014 , Modifié à 10h37, le 18 novembre 2014

Oups, André Vallini oublie qu’il y a déjà deux députés FN à l’Assemblée nationale
André Vallini. © Christophe Morin/Maxppp.

A PEU PRES - "Au vu des sondages actuels, le Front national est une menace." Interrogé, ce mardi 18 novembre sur Europe 1, sur la "menace" du FN pour les prochaines élections régionales alors que le texte sur la carte des régions revient une nouvelle fois en débat à l’Assemblée nationale, André Vallini a d’abord répondu… sur les législatives. Les prochaines n’auront lieu, sauf en cas de dissolution anticipée, qu’en 2017. Mais quand même.

Pour le secrétaire d’Etat à la réforme territoriale, il existe une menace de voir débarquer des députés frontistes :

Le Front national est une menace pour les institutions nationales. Pour l’Assemblée nationale, demain, si les législatives ont lieu, le Front national pourrait faire son entrée à l’Assemblée évidement mais aussi dans les régions.

Sauf que le parti de Marine Le Pen est déjà représenté au Palais Bourbon. En 2012, le FN a ainsi fait élire comme députés Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard qui, s’il n’est pas encarté au FN, est un cadre important du Rassemblement bleu marine.

Quant à la réforme de la carte des régions, André Vallini estime que "la carte à 13 régions est cohérente". Et prend comme exemple pour défendre l’idée de "régions plus fortes avec plus de compétences" : la Catalogne. Exemple un peu particulier étant donné que la région espagnole est celle où les ardeurs indépendantistes sont de plus en plus fortes.

La "menace" frontiste, "réelle", inquiète également le secrétaire d’Etat en vue des prochaines élections régionales de 2015. "On parle de une, deux voire trois régions" qui pourraient tomber dans l’escarcelle du parti d’extrême droite, poursuit André Vallini qui cible les trois secteurs où le FN pourrait être électoralement fort : "Nord-Pas-de-Calais",  "Picardie "et "Provence-Côte d’Azur".

"Nous avons un an devant nous pour mener campagne sur le thème de grandes régions puissantes", conclut André Vallini.

Du rab sur le Lab

PlusPlus