VIDÉO - Gérald Darmanin "espère" être "considéré comme un ténor de l'UMP désormais"

Publié à 10h12, le 18 novembre 2014 , Modifié à 10h17, le 18 novembre 2014

VIDÉO - Gérald Darmanin "espère" être "considéré comme un ténor de l'UMP désormais"
Gérald Darmanin fait son autopromo : "J'espère que vous considérez que Gérald Darmanin est un ténor de l'UMP désormais" © Montage via I>Télé

AUTOPROMO - Il y a encore quelques semaines, il était un relatif inconnu. Mais Gérald Darmanin est désormais le porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de l'UMP. Un véritable changement de statut pour le député-maire de Tourcoing.

Illustration par l'humour, mardi 18 novembre sur I>Télé. Alors que la sortie de Nicolas Sarkozy sur l'abrogation de la loi Taubira, samedi devant le mouvement Sens Commun (issu de la Manif Pour Tous), n'a pas *franchement* suscité l'enthousiasme des proches du candidat, Gérald Darmanin est invité à "citer un ténor de l'UMP qui soutient Nicolas Sarkozy dans cette initiative".

Pirouette du porte-parole, qui s'auto-cite dans un sourire :

J'espère que vous considérez que Gérald Darmanin est un ténor de l'UMP désormais. 

Une réponse à retrouver dans cette vidéo isolée par Le Lab :



"Dès le matin, vous me posez une question qui est un petit peu vacharde", poursuit Gérald Darmanin, avant de tenter d'expliquer la prise de position un tantinet brumeuse de son candidat. Ce dernier a en effet indiqué samedi vouloir instaurer "un mariage pour les homosexuels et un mariage pour les hétérosexuels", sans préciser ce qui différencierait les deux types de contrats.

"Il veut un mariage qui ouvre droit à la filiation, à l'adoption et à la PMA [pour les hétérosexuels] et il veut une union que l'on peut appeler mariage mais qui n'ouvre pas le droit à la filiation, ni l'adoption ni à la PMA" pour les couples homosexuels, explique son porte-parole. Problème : Nicolas Sarkozy lui-même, en 2012, craignait le caractère "inconstitutionnel" de sa proposition d'union civile réservée aux homosexuels, qui "aurait vidé le mariage de tout son sens". Gérald Darmanin esquive tout bonnement cette contradiction à deux ans d'intervalle :

Nicolas Sarkozy, en 2007, avait promis une union civile. Il ne l'a pas faite, peut-être était-ce une erreur, il le reconnaît lui-même. Mais en période de crise il a considéré, contrairement à François Hollande, qu'il ne fallait pas faire de sujets sociétaux, qu'il fallait parler de l'économie française.

Du rab sur le Lab

PlusPlus