Oups, l'Élysée oublie de prévenir la députée de Clermont-Ferrand d'une visite de François Hollande dans l'usine Michelin

Publié à 17h50, le 23 avril 2014 , Modifié à 06h47, le 24 avril 2014

Oups, l'Élysée oublie de prévenir la députée de Clermont-Ferrand d'une visite de François Hollande dans l'usine Michelin
François Hollande à Clermont Ferrand (Reuters).

PAS DE SMS, PAS DE VISITE - La députée socialiste Odile Saugues a été bouleversée et très énervée d'apprendre dans la presse, trois jours avant, la visite de François Hollande dans sa circonscription du Puy de Dôme. Comme le rapportent Le Canard Enchaîné et L'Express ce mercredi 23 avril, la parlementaire a téléphoné au conseiller parlementaire du chef de l'État puis eu un échange de SMS avec François Hollande.

"Mardi 15 avril, dans les jardins de l'Assemblée nationale, Odile Saugues est en pleurs", écrit Le Canard, après avoir appris dans la presse la visite du chef de l'État dans sa circonscription, programmée trois jours plus tard. Un point de son CV alimente sa tristesse, François Hollande se rend dans l'usine Michelin de Clermont-Ferrand, où elle travailla comme dessinatrice en construction mécanique.

L'Expressraconte la suite de l'histoire. Le lendemain, mercredi 16 avril, Odile Saugues téléphone à Bernard Rullier, le conseiller parlementaire du chef de l'État et le menace de démissionner.

Un collègue lui donne ensuite le numéro de portable de François Hollande en lui conseillant l'envoi d'un SMS. "La réponse du chef de l'État l'a calmée", écrit L'Express.

Un proche, dans la majorité, qui dément catégoriquement qu'elle ait menacé de de démissionner, sous-titre pour le Lab la colère de l'élue :

La courtoisie républicaine veut que les députés, qui plus est de la majorité, soient prévenus avant la presse.

Au final, Odile Saugues était bien avec François Hollande, vendredi 18 avril au matin, dans l'usine Michelin.

En décembre 2013, un autre député socialiste, Jean Glavany, avait lui aussi été prévenu tardivement d'une visite présidentielle le concernant. Le président du groupe d'amitié France-Afrique du Sud avait même été prévenu trop tard pour décoller pour la cérémonie d'hommage à Nelson Mandela. Le député des Hautes-Pyrénées fustigeait alors, cité par Le Canard Enchaîné, une "bande d'amateurs redoutables" à l'Élysée. Et plus précisément "Bernard Rullier, le plus nul des conseillers parlementaires de l'exécutif".

A lire aussi sur le Lab :

> Odile Saugues faisait partie des convives du petit gueuleton à 10.000€ payé par l'industrie du tabac en mai 2013

> Elle a aussi vu "avec satisfaction" le retour de Ségolène Royal

Du rab sur le Lab

PlusPlus