Pellerin/Modiano : Aurélie Filippetti met en avant sa politique du livre

Publié à 09h45, le 29 octobre 2014 , Modifié à 10h58, le 29 octobre 2014

Pellerin/Modiano : Aurélie Filippetti met en avant sa politique du livre
© LCI

Elle ne pouvait pas y couper : invitée ce mercredi 29 octobre sur Radio Classique et LCI, l'ancienne ministre de la Culture Aurélie Filippetti a été interrogée sur la polémique concernant sa successeure, Fleur Pellerin et le dernier prix Nobel de littérature, Patrick Modiano.




Alors qu'on lui demande si Fleur Pellerin a commis une erreur en étant incapable de citer un titre de l'écrivain français, Aurélie Filippetti entend bien ne pas tomber dans le piège. Elle occulte le cas Pellerin et répond sur le bilan de la gauche en matière de culture... en particulier sur la politique du livre.

L'ancienne ministre désormais "frondeuse" entame une tirade sur les mesures qu'elle a menées en faveur des librairies indépendantes et de l'édition. Malgré les interruptions de son intervieweur : 

"

- J’ai été très fière de ce que j’ai fait au ministère de la Culture notamment en faveur du livre et de la librairie avec un grand plan de soutien associant les éditeurs...



- Mais elle a fait une gaffe redhibitoire, Fleur Pellerin ?



- ...associant les éditeurs pour soutenir les libraires parce que je considère que les libraires sont la richesse de notre pays, on les aime tous, on en a besoin.



- D’accord mais est-ce qu’elle a fait une gaffe ?



- Pour moi, la politique du livre c’est une de mes grandes fiertés et "sans les livres", pour paraphraser Nietzsche, "la vie serait une erreur”.

"

Interrogée une dernière fois, la députée, également romancière, conclut finalement en refusant de commenter la bourde de Fleur Pellerin. "Ce ne serait pas courtois de ma part" se justifie-t-elle.

Au Lab aussi nous sommes courtois : on partage même ce petit carnet d'antisèches concocté pour Fleur 

Du rab sur le Lab

PlusPlus