Pierre Moscovici fustige "le levier des hausses d’impôt" et les coupes dans les dépenses publiques

Publié à 11h02, le 17 août 2014 , Modifié à 11h02, le 17 août 2014

Pierre Moscovici fustige "le levier des hausses d’impôt" et les coupes dans les dépenses publiques
Pierre Moscovici le 1e juillet 2013. © (Christophe Morin/MaxPPP)

A la fin de l’été 2013, alors ministre de l’Economie, Pierre Moscovici avait jeté un pavé dans la marre. Une sortie, saluée par la droite, et récupérée contre le gouvernement Ayrault. Celui qui va devenir commissaire européen se disait alors "très sensible au ras-le-bol fiscal" car "la gauche sait écouter ce que disent les Français", ajoutait-il.

Même timing, même type de sortie en cette fin d’été 2014, alors que la croissance est atone. Dans le JDD de ce dimanche 17 août, Pierre Moscovici fustige les hausses d’impôt qui devraient, selon lui, être écartées des hypothèses des prochaines réformes.

"

Le levier des hausses d’impôt est une vieille recette inefficace, voire contre-productive, qu’il faut oublier.

"

Mais l’ancien patron de Bercy, qui défend la règle des 3% tout en demandant à ce qu’elle soit plus flexible, n’est pas beaucoup plus fan des coupes budgétaires draconiennes. "Je ne pense pas non plus qu’il faille faire davantage de coupes dans les dépenses publiques, dont l’effet serait à ce stade récessif", poursuit-il.

Du rab sur le Lab

PlusPlus