Pour François de Rugy, Cécile Duflot "signe un peu l'acte de décès d'Europe écologie-Les Verts"

Publié à 09h13, le 10 mars 2015 , Modifié à 09h13, le 10 mars 2015

Pour François de Rugy, Cécile Duflot "signe un peu l'acte de décès d'Europe écologie-Les Verts"
© images AFP

Entre les écolos pro et anti-gouvernement, les tensions sont de plus en plus palpables. Et la dernière interview de Cécile Duflot pour Libération le 9 mars n'a pas arrangé les choses. L'ancienne ministre, plutôt favorable à un rapprochement avec les forces à gauche de la gauche, veut "œuvrer" à l'émergence d'une "nouvelle force politique". Un projet aux contours encore flous décrit ainsi par l'ancienne ministre : "une force culturelle, sociale et civique, pas un nouveau parti, ni une addition d'étiquettes".

De quoi agacer un autre écolo, cette fois-ci favorable à un retour au gouvernement, le co-président du groupe EELV à l'Assemblée, François de Rugy. Celui qui travaille pour sa part à l'émergence d'un pôle écolo pro-Hollande, a considéré le 9 mars au soir sur Radio Classique que Cécile Duflot, par ses propos, "sign[ait] un peu l'acte de décès d'Europe écologie-Les Verts" :

 

"

Elle dit en quelque sorte "il va falloir faire une nouvelle force politique". Elle signe un peu l'acte de décès d'Europe écologie - Les Verts. Ce qui est un peu surprenant d'ailleurs. D'ailleurs, s'il en est ainsi, nous en tirerons les conclusions. On ne peut pas se permettre d'avoir un parti qui irait de rétrécissement en rétrécissement.

"

 

Cécile Duflot ne semble pas pour sa part plus affligée que cela par les désaccords au sein de son parti. Suivie par Le Parisien lors d'un déplacement à Grenoble le jour de la parution de son interview, la députée estime :

 

"

La scission, ça n'existe pas. (...) Je n'ai jamais été autant majoritaire dans mon parti.

"

Elle en veut pour preuve les accords aux départementales lors desquels les militants ont en grande majorité choisi de ne pas s'allier avec le PS, comme ce jour-là à Grenoble où EELV avance avec le Front de gauche : "Ce n'est pas moi qui ai choisi, [les alliances] ont été décidées dans les cantons par les militants et bien ils n'ont opté pour l'alliance avec le PS que dans un cas sur 5." Et de récidiver avec la formule "nouvelle force politique" :

 

"

J'espère que l'esprit de Grenoble va continuer de souffler. Cette ville n'est pas un laboratoire, c'est la démonstration de la nécessité de faire émerger une nouvelle force politique.

"


BONUS TRACK

HEY MEC - Cécile Duflot réagit ainsi à la "peur" de Manuel Valls face au FN :

"

 Il nous dit qu'il a peur pour notre pays, peur que le FN l'emporte en 2017, mais enfin j'ai envie de dire à Manuel : t'es chef mec ! C'est lui le Premier ministre quand même.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus