Pour Patrick Buisson, "le problème" de Nicolas Sarkozy pour être réélu président, "c’est Carla"

Publié à 09h18, le 26 septembre 2014 , Modifié à 09h18, le 26 septembre 2014

Pour Patrick Buisson, "le problème" de Nicolas Sarkozy pour être réélu président, "c’est Carla"
Nicolas Sarkozy et Carla Bruni. © Reuters.

MONTEBOURG STYLE – Patrick Buisson promet qu’il a récupéré sa "liberté de parole". Et pourrait l’utiliser pour se venger de Nicolas Sarkozy. Condamné en juillet pour avoir enregistré l’ancien chef de l’Etat et sa compagne, l’ancien conseiller du président espérait être dispensé de l’amende de 10 000€ de dommages et intérêts. Ce ne fut pas le cas puisqu’un huissier de justice a rendu la sanction exécutoire, rappelle Le Point du 25 septembre.

Remonté, Patrick Buisson a commencé à utiliser cette "liberté de parole" pour dire ce qu’il pense du retour de Nicolas Sarkozy, en lice pour la présidence de l’UMP face à Hervé Mariton et Bruno Le Maire. Première étape avant une éventuelle nouvelle candidature pour l'Elysée. Et Patrick Buisson de penser, selon Le Point, qu’il "ne parviendra pas à être de nouveau élu président de la République". La raison ? Nicolas Sarkozy n’a qu’un seul défaut : sa compagne.

C’est en substance ce que raconte Patrick Buisson :

"

Avant la présidentielle de 2007, il formait un couple politique avec Cécilia. Tout était tendu vers un seul but : la conquête du pouvoir. Aujourd’hui, son problème, c’est Carla : elle l’éloigne trop du peuple et le pousse à l’hédonisme.

"

Une sortie qui rappelle celle d’Arnaud Montebourg lors de la campagne de Ségolène Royal pour la présidentielle de 2007. Alors porte-parole de la candidate socialiste, Arnaud Montebourg avait estimé que le "seul défaut" de Ségolène Royal était "son compagnon". A savoir François Hollande. Une saillie qui se voulait sur le ton de l’humour mais qui avait valu à l’intéressé d’être démis de sa fonction de porte-parole.

Selon Le Point, Patrick Buisson lui développe sa pensée quant à la chanteuse, trop bling-bling et showbiz’ selon lui :

"

Après lui avoir offert une montre Patek Philippe à 40 000€, voilà qu’elle l’emmène voir la pièce de théâtre de Bernard-Henri Lévy début septembre ! Quelle belle entrée en campagne pour la présidence de l’UMP !

"

Comme François Hollande avec Aquilino Morelle, décidément, les présidents ont du souci à se faire avec leurs anciens conseillers.

Du rab sur le Lab

PlusPlus