Présidence de l'UMP : Nicolas Sarkozy ne voudrait pas "débattre avec Ducon et Durien", d'après Hervé Mariton

Publié à 14h59, le 18 septembre 2014 , Modifié à 17h17, le 17 octobre 2014

Présidence de l'UMP : Nicolas Sarkozy ne voudrait pas "débattre avec Ducon et Durien", d'après Hervé Mariton
Nicolas Sarkozy ne souhaiterait pas débattre avec les deux autres candidats à la présidence de l'UMP, d'après Hervé Mariton © REUTERS/Lionel Bonaventure/Pool

BITCHES PLEASE - Le come-back le plus attendu de l'année n'a toujours pas été officialisé. Nicolas Sarkozy sera-t-il candidat à la présidence de l'UMP ? Tout le laisse penser et l'ancien chef de l'État pourrait annoncer sa décision dans les prochains jours, voire les prochaines heures. Mais s'il brigue à nouveau la tête du parti, il trouvera sur sa route deux candidats déjà déclarés : Bruno le Maire et Hervé Mariton.

Si tel était le cas, un débat entre les trois hommes avant l'élection serait-il envisageable ? Eh bien, Hervé Mariton lui a posé la question. Et d'après le député de la Drôme, dont les propos sont rapportés par Le Point daté du 18 septembre, Nicolas Sarkozy ne serait *pas très chaud* à l'idée de débattre avec eux :

Je n'ai pas senti de sa part un très grand enthousiasme à l'idée de débattre avec Ducon et Durien.

Comme le remarque L'Opinion, 48 personnalités de droite et du centre ont été reçues par Nicolas Sarkozy depuis le 1er septembre, y compris Hervé Mariton. À l'inverse de Bruno Le Maire, qui n'a pas eu le privilège de rencontrer l'ancien président dans ses bureaux de la rue de Miromesnil, d'après le quotidien.

Mais "Ducon et Durien", ça ne vous rappelle pas quelque chose ? Mais si, l'expression aurait été utilisée par Nicolas Sarkozy lui-même, comme l'avait rapporté Le Canard Enchaîné en mai dernier. Sauf qu'à l'époque, cette gentillesse visait Alain Juppé et François Fillon et se rapportait à la primaire UMP dans la perspective de l'élection présidentielle de 2017. L'ex-président n'apprécierait ni l'exercice ni ses éventuels futurs adversaires, à en croire ses propos rapportés par Le Canard :

Il n’est pas question que l’on m’impose une primaire contre Ducon et Durien !

Mais les deux anciens premiers ministres ont, depuis, fait part de leur détermination à aller jusqu'au bout de leur candidature à la primaire, même en cas de retour de Nicolas Sarkozy. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus