Raffarin après la marche républicaine du 11 janvier: "il y avait en construction une sorte d'oeuvre d'art"

Publié à 20h52, le 11 janvier 2015 , Modifié à 20h52, le 11 janvier 2015

Raffarin après la marche républicaine du 11 janvier: "il y avait en construction une sorte d'oeuvre d'art"
© AFP / Stéphane de Sakutin

ŒUVRE D'ART - Jean-Pierre Raffarin est extatique. Invité de RTL ce 11 janvier, l'ancien Premier ministre se dit ébloui par le rassemblement qui s'est déroulé toute la journée en hommage aux victimes de Charlie Hebdo, de Montrouge et de la Porte de Vincennes. Une marche qui, selon les chiffres de l'AFP, a pu rassembler plus de trois millions de personnes à travers la France. Chiffre impossible à confirmer selon la préfecture de police. Jean-Pierre Raffarin voit dans cette union la "beauté d'une œuvre d'art" :

Franchement, c’est une émotion incroyable, j’ai jamais vu ça dans ma vie politique. C’était une pression du peuple qui était positive, qui était extraordinairement ouverte. On voyait les chefs d’Etat étrangers applaudis par les gens. Mahmoud Abbas applaudi après le [Premier ministre] israélien Netanyahou ... C’était vraiment le sentiment qu’il y avait en construction une sorte d’œuvre d’art, avec la beauté d’une œuvre d’art. Quelque chose qu’il nous faut aujourd’hui protéger.

Jean-Pierre Raffarin pense même avoir constaté une "sagesse" et une "maturité" dans le peuple français qui mériterait qu'on l'inclut davantage dans les décisions du pays. Une référence à l'organisation de davantage de référendums :

La première conclusion aujourd’hui c’est que le peuple français est fort, magnifique et sage, et qu’il faut le consulter davantage ! Il a fait preuve de sa maturité.



Quand on voit ce qu’est aujourd’hui la France, la force qu’a son peuple, et cette forme de sagesse - y compris sur cette relation avec l’international qui était complexe - on se dit que notre peuple est capable aujourd’hui d’être beaucoup plus associé qu’il ne l’est (...).

L'ancien Premier ministre souhaite également que le bilan des évènements tragiques ne se fasse pas de manière "partisane": "ce qu'il s'est passé est un trésor qu'on doit protéger".

"Le peuple français a montré sa grandeur, à nous de nous montrer à la hauteur", conclut-il, définitivement très marqué par la marche républicaine de ce 11 janvier.

Du rab sur le Lab

PlusPlus