Report des élections régionales : Valérie Pécresse compare François Hollande à "un chef d'Etat de République bananière"

Publié à 13h08, le 06 mai 2014 , Modifié à 13h31, le 06 mai 2014

Report des élections régionales : Valérie Pécresse compare François Hollande à "un chef d'Etat de République bananière"
Valérie Pécresse sur i>Télé le 6 mai 2014 © i>Télé

RÉPUBLIQUE BANANIÈRE - Lors de son passage sur BFMTV et RMC ce 6 mai, François Hollande a envisagé un report des élections régionales et cantonales de 2015 à 2016, estimant qu'il serait "intelligent" d'organiser ces élections "avec le nouveau découpage" territorial prévu par le gouvernement. Du tripatouillage pour l'UMP, et même une décision digne d'un chef d'Etat de "République bananière" pour Valérie Pécresse, en duplex sur i>Télé.

La députée UMP explique que le président de la République souhaite un report des élections uniquement par risque de les perdre :

"

Ce que j’ai entendu c’est le spectacle un peu pathétique d’un président totalement aux abois. Alors que la croissance est stagnante, alors que les impôts n’ont jamais été aussi élevés dans notre pays, qu’annonce le président ? Le report des élections locales parce qu’il a peur de les perdre ! (...)
Le seul objectif de François Hollande est celui d’un chef d’Etat de République bananière, c’est celui de repousser les élections locales pour éviter une nouvelle défaite et c’est indigne de la part d’un démocrate, ça veut dire qu’il a peur du peuple et des Français.

"

Valérie Pécresse ajoute "qu'aucune grande démocratie au monde n'accepterait de telles manipulations".

L'idée d'un report des élections a fait son chemin en même temps que celle de la fusion des régions, certains arguant qu'il fallait du "temps" aux acteurs en place pour préparer une telle réforme et non changer d'équipe en plein milieu. François Hollande a expliqué ce 6 mai :

"

Si c'est 2016, ça permettrait d'avoir le temps. Je pense que ça serait intelligent de faire des élections régionales et départementales avec le nouveau découpage.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus