"Retour à l'école" : l'incroyable aveu d'incompétence d'Arnaud Montebourg

Publié à 07h37, le 03 novembre 2014 , Modifié à 20h03, le 03 novembre 2014

"Retour à l'école" : l'incroyable aveu d'incompétence d'Arnaud Montebourg
Arnaud Montebourg retourne à l'école pour suivre une formation afin de devenir un "haut dirigeant". © REUTERS/Regis Duvignau.
Image Olivier Duhamel

Olivier Duhamel

Étienne Baldit, du Lab, a très bien décortiqué vendredi dernier l’annonce par Le Mondedu "retour à l’école" d’Arnaud Montebourg – précisément de son inscription à la très renommée grande école privée de management dénommée INSEAD et sise à Fontainebleau. L’inscription a provoqué une petite polémique. Surtout, elle a été l’occasion d’un incroyable aveu.

>> La petite polémique sur "qui paye ?"

Nos démocraties mal en point se passionnent pour les "affaires", les petites ou grandes illégalités ou immoralités des dirigeants de toutes sortes. En l’espèce, il s’agit de savoir qui paye les frais de scolarité très élevés de l’INSEAD ( 34 500 € H.T.) ?

Selon Le Monde, l’ancien ministre aurait sollicité une bourse. Le ministre affirme quant à lui qu'il paiera une partie des frais d'inscription, et une bourse privée le reste. Affaire à suivre donc.

Mais Arnaud Montebourg nous révèle autre chose.

>> L’incroyable aveu d’incompétence

Etienne Baldit cite cette phrase de Montebourg rapportée par Le Monde mais guère commentée depuis :

"

J'ai décidé de reprendre des cours parce que diriger une boîte est un vrai métier, je m'en suis rendu compte ces deux dernières années.

"

Vous avez bien lu. Avant d’être ministre du Redressement productif, puis de l’Économie, Arnaud Montebourg ne savait pas que diriger une entreprise était un "vrai métier". Il ne le savait pas les six années durant lesquelles il fut avocat, plaidant notamment dans l’affaire Carrefour du développement. Il ne le savait pas les quinze années durant lesquelles il fut député. Ni quand il fut président du Conseil général de Saône-et-Loire. Pas plus quand il se présenta à la primaire socialiste pour la présidentielle de 2012. Il ne le savait pas quand il fut nommé ministre à Bercy.

Et l’on s’étonnera que les adversaires du pouvoir actuel dénoncent l’ignorance crasse des socialistes et leur méconnaissance totale du monde de l’entreprise…

Du rab sur le Lab

PlusPlus