Ségolène Royal, fraichement ministre, va renoncer à la présidence de la région Poitou-Charentes

Publié à 10h25, le 03 avril 2014 , Modifié à 10h45, le 03 avril 2014

Ségolène Royal, fraichement ministre, va renoncer à la présidence de la région Poitou-Charentes
© Maxppp

Le chabichou, c'est fini. Après une journée de flottement durant laquelle sa porte-parole a affirmé qu'elle garderait la présidence de sa région Poitou-Charentes malgré sa nomination au ministère de l'Ecologie, Ségolène Royal a décidé de mettre en suspens son mandat.

Selon les informations d'Europe 1, confirmées par Le Monde et citant son "entourage", Ségolène Royal transmettra l'intérim dès la prochaine session du Conseil régional.

Quelques minutes plus tard, la ministre a confirmé cette information à l'AFP et précisé qu'elle resterait conseillère régionale :

De toute façon, c'est la règle. Je transmettrai la présidence de la région lors de la prochaine session du Conseil régional, avant l'été. Je reste conseillère régionale car je ne veux pas abandonner ma région.

La veille, Maryline Simoné, porte-parole de la présidente de région et vice-présidente du Conseil régional, avait affirmé : "on continue comme avant".

Le nouveau porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a rappelé ce 3 avril sur Europe 1 les "principes énoncés" par François Hollande en matière de non-cumul des mandats. En mai 2012, les ministres fraichement nommés avaient dû signer une charte de déontologie indiquant :

 Les membres du gouvernement consacrent tout leur temps à l'exercice de leurs fonctions ministérielles. Ils doivent, de ce fait, renoncer aux mandats exécutifs locaux qu'ils peuvent détenir.

Edit 10h44 avec ajout des déclarations à l'AFP.

Du rab sur le Lab

PlusPlus