"Si Mme Taubira n'est pas un singe, ma cliente n'est pas une chienne" selon l'avocat d'une ex-candidate FN Anne-Sophie Leclère

Publié à 18h43, le 24 septembre 2014 , Modifié à 18h51, le 24 septembre 2014

"Si Mme Taubira n'est pas un singe, ma cliente n'est pas une chienne" selon l'avocat d'une ex-candidate FN Anne-Sophie Leclère
Anne-Sophie Leclère / Remi WAFFLART Maxppp

POINT ANIMALERIE - Le mercredi 24 septembre se tenait le jugement de l'hebdomadaire Minute après sa une sur Christiane Taubira du 13 novembre 2013 assimilant la ministre de la Justice à un singe. Trois mois de prison avec sursis et 10 000  euros d'amendes ont été requis contre Jean-Marie Molitor, directeur de publication. 

Si l'avocat de Minute était attendu au tournant, c'est finalement celui d'Anne-Sophie Leclère qui a fait le show à la XVIIème chambre correctionnelle du TGI de Paris. Lors d'une émission d'Envoyé Spécial, l'ancienne candidate Front national aux municipales à Rethel avait comparé Christiane Taubira à un singe en affirmant:

"

Je préfère la voir accrochée à la branche d’un arbre qu’au gouvernement.

"

Absente à l'audience, l'ancienne candidate a vu son avocat, Jérôme Triomphe, prendre sa défense en affirmant d'abord:

"

Si Mme Taubira n'est pas un singe, ma cliente n'est pas une chienne.

"

Une phrase qui fait écho, selon lui, aux réactions médiatiques suite au reportage. Puis, l'avocat, déjà connu pour avoir défendu les parents de Vincent Lambert ou certains militants de la Manif pour Tous, a clairement exprimé sa réserve quant à l'objectivité du tribunal. "L'ombre de madame Taubira plane au-dessus de ce tribunal", a-t-il affirmé avant de dénoncer la décision du tribunal de Cayenne qui condamné la jeune femme à 9 mois de prison ferme. Le renvoi de l'affaire a été fixé au 17 septembre 2015, le temps que le tribunal de Cayenne réponde à l'appel d'Anne-Sophie Leclère.  

Du rab sur le Lab

PlusPlus