Virée parce que favorable au droit de vote des étrangers, l'élue FN Joëlle Bergeron veut siéger au Parlement européen

Publié à 12h30, le 07 juin 2014 , Modifié à 13h51, le 07 juin 2014

Virée parce que favorable au droit de vote des étrangers, l'élue FN Joëlle Bergeron veut siéger au Parlement européen
Joëlle Bergeron © MaxPPP

DU RIFIFI AU FN - Numéro 2 sur la liste FN de la région Ouest aux européennes, Joëlle Bergeron avait démissionné de son poste de député européen le lundi 26 mai, moins de 24 heures après avoir été officiellement élue. Mais, ce samedi 7 juin, patatras : l’élue Front national a changé d’avis. Dans une interview accordée à Ouest-France, elle fait part de son intention de siéger au Parlement européen :

Je fais partie des élus au Parlement européen. Le Journal officiel a publié mon nom. […] Je ne vois pas comment ils [les dirigeants du FN, ndlr] pourraient m'obliger à démissionner de mon siège européen. Je n'ai signé aucun document et Marine Le Pen ne m'a jamais appelée.

Contactée par Le Lab ce samedi 7 juin, Joëlle Bergeron n’a pas souhaité s'étendre, ajoutant simplement que "les choses suivent leurs cours légal".

Car la frontiste a moins démissionné qu’elle n’a été poussée vers la sortie. Au Lab, le 26 mai, elle affirmait que c’était Gilles Lebreton, tête de liste FN dans l’Ouest, qui lui avait demandé de démissionner. "Il trouve que son n°3 [Gilles Pennelle, ndlr] est mieux. Ils n’en ont rien à foutre de la parité", avait-elle commenté.

Le 27 mai, sur BFMTV, Marine Le Pen avait estimé que l’élue frontiste, du fait de ses positions, ne pouvait porter les couleurs du FN :

J’ai exprimé le désir que madame Bergeron démissionne pour une raison très simple c’est que une semaine avant l’élection elle a déclaré pour le droit de vote des étrangers. Je pense que c’est incompatible avec les statuts d’élu du Front national.

Le 21 mai, Le Lab révélait que Joëlle Bergeron s’était prononcée en faveur du droit de vote des étrangers, le 19 mai à Rennes, lors d’un débat organisé par la Cimade – association qui travaille sur les droits des migrants – avec plusieurs candidats aux élections européennes et diffusé par la radio locale Canal b.

Joint par Le Lab, Gilles Lebreton ne cache pas son agacement :

Nous sommes encore loin de la rentrée parlementaire, le 1er juillet. Il faut qu’elle réfléchisse d’ici-là.

Même agacement et même volonté de ne pas trop commenter la position de Joëlle Bergeron, le n°3 sur la liste, Gilles Pennelle, appelé à remplacer l’élue démissionnaire au Parlement européen. Au Lab, il précise :

Dans ces élections à la proportionnelle, les électeurs du Front national ont élu deux candidats FN. Ils doivent donc avoir deux députés FN.

Sous-entendu, Joëlle Bergeron ayant fait part de son intention de quitter le parti, ça serait bien qu’elle laisse aussi son siège de députée. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus