Roger Karoutchi invite Nicolas Sarkozy à dire "très vite" s'il revient ou pas

Publié à 13h31, le 07 juin 2014 , Modifié à 14h33, le 07 juin 2014

Roger Karoutchi invite Nicolas Sarkozy à dire "très vite" s'il revient ou pas
Roger Karoutchi © MaxPPP

IL EST L'HEURE - Qui a dit Sarkozy doit revenir, "maintenant ou jamais" ? Nadine Morano ? Effectivement. Sauf que la nouvelle députée européenne n’est pas la seule, rue de Vaugirard, à partager cette idée. Invité de France Inter ce samedi 7 juin, Roger Karoutchi a tenu plus ou moins le même discours :

Moi, j’ai dit à Nicolas Sarkozy : 'C’est extrêmement simple. Ou tu reviens maintenant et tu crées un électrochoc dans la famille pour qu’elle se réunisse et combatte la gauche. Ou tu dis très vite 'je ne reviendrai pas' parce qu’il nous faudra le temps en interne de déterminer qui sera le champion et qui sera celui qui pourra rassembler.'

Proche de Nicolas Sarkozy, le sénateur des Hauts-de-Seine verrait évidemment d’un bon œil le retour au premier plan de l’ancien président. Mais Roger Karoutchi tient quand même à se différencier de certains autres à l’UMP :  

Je ne suis pas un sarkolâtre fou. Je ne dis pas, si ce n’est pas Sarkozy, je deviens fou, je me jette dans la Seine. Je dis seulement voilà, à mon avis tu es celui qui est le meilleur rassembleur, le meilleur fédérateur de la famille – je ne dis pas de l’opinion publique pour le moment.

Le retour de Nicolas Sarkozy, s’il a lieu, ne devra d’ailleurs pas bouleverser le fonctionnement de l’UMP d’ici 2017, prévient Roger Karoutchi :

Je ne suis pas pour la suppression des primaires, y compris si Nicolas Sarkozy est président de l’UMP. […] Si je demande l’application des statuts aujourd’hui sur la succession de Jean-François Copé ce n’est pas pour demander à ce qu’on ne respecte pas les statuts demain sur les primaires.

De son côté, le principal intéressé ne s’est pas encore prononcé. Après avoir insisté sur l'importance du "rassemblement" en France vendredi 6 juin, Nicolas Sarkozy a accordé quelques mots à France 2 à l'issue de la cérémonie. Ce faisant, l’ancien président n'a pas totalement exclu de revenir un jour sur le devant de la scène.

[BONUS TRACK] Interrogé sur l’avenir de Jean-François Copé, dont il est également proche, Roger Karoutchi ne ferme pas la porte à un come-back. "Il est jeune, il a 50 ans", estime-t-il. Enfin, si retour il y a, ce n’est quand même pas pour tout de suite. "Il aura la capacité plus tard de rebondir. Dans l’immédiat, il ne faut pas qu’il pense à 2017, ça c’est sûr", prédit Roger Karoutchi.  

Du rab sur le Lab

PlusPlus