Xavier Bertrand se dresse contre ceux ne voulant pas de primaires à l'UMP

Publié à 10h04, le 05 juin 2014 , Modifié à 10h24, le 05 juin 2014

Xavier Bertrand se dresse contre ceux ne voulant pas de primaires à l'UMP
Xavier Bertrand le 21 novembre 2013/ Maxppp

YOU SHALL NOT PASS - L'ex ministre du Travail de Nicolas Sarkozy a une nouvelle fois sorti les griffes face à la menace de l'annulation des primaires à l'UMP. Interviewé par France Info le jeudi 5 juin, le maire de St-Quentin a répondu à l'interview de Brice Hortefeux publié dans Le Monde du 5 juin, repris sur le site web du journal. Dans celle-ci, le président de l'association des "amis de Nicolas Sarkozy" affirme qu'une "primaire devient inutile lorsqu'un choix s'impose naturellement car elle encourage des combats stériles" laissant sous-entendre que l'ex-Président pourrait se passer de primaire en cas de retour politique. Une décision contestée par Xavier Bertrand, qui ambitionne de se présenter a l'élection présidentielle:

Qui a peur des primaires ? Pourquoi avoir peur des primaires ? Je ne laisserai personne remettre en cause le choix des lecteurs. Je ne laisserai personne remettre en cause l'organisation des primaires

Une opposition qui fait écho à ses propos tenus mercredi 4 juin sur le plateau d'i-Télé, où il avait demandé à tous les responsables UMP de la campagne de 2012, marquée par l'affaire Bygmalion, de rester à l'écart du mouvement:

Tous ceux qui, de près ou de loin, ont été engagés dans cette campagne présidentielle qui soulève tant de questions doivent se tenir à l'écart du mouvement dans l'intérêt de l'UMP et dans le respect de nos électeurs et de nos adhérents.

Interrogé sur son ressenti de l'affaire Bygmalion, il affirme son "écoeurement" avant de critiquer la réforme territoriale proposée par François Hollande dont la carte  le 2 juin,:

Mais ça a été fait comment ? Un tirage au sort du Président ? Il a joué au bonneteau sur son bureau de l'Elysée ? Des ministres de la République comme Mme Royal ou Mr Le Drian se sont comportés en baron du PS, en baron de région au lieu de penser à l'intérêt général. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus