Xavier Bertrand veut faire de Gérald Darmanin, porte-parole de Nicolas Sarkozy, son "œil de Moscou"

Publié à 21h56, le 25 septembre 2014 , Modifié à 17h03, le 17 octobre 2014

Xavier Bertrand veut faire de Gérald Darmanin, porte-parole de Nicolas Sarkozy, son "œil de Moscou"
Gérald Darmanin, à l'Assemblée nationale © IP3 PRESS/MAXPPP/Christophe Morin

LA TAUPE - Il soutient Xavier Bertrand pour la primaire de 2016, mais il est aussi porte-parole de Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de l'UMP. Et l'ancien président de la République pourrait bien, dans le futur, se décider à briguer à nouveau l'Élysée. Alors Gérald Darmanin se trouverait forcément dans une position *délicate*.

"Aucun problème", a-t-il assuré en substance ces derniers jours : Gérald Darmanin affirme que Xavier Bertrand "reste [son] candidat à la primaire" et qu'il en a "parlé extrêmement proprement" avec lui. "Sarkozy m'a dit qu'il n'y avait aucun problème et il a ajouté en riant : 'Tu as le temps de changer d'avis d'ici 2016, c'est loin !'", a-t-il encore expliqué au Point, mardi 23 septembre.

Le député-maire de Tourcoing a donc la bénédiction des différentes parties en présence. Xavier Bertrand pourrait même y trouver un avantage certain en vue de 2017, comme l'illustrent ses propos relayés par Le Point daté du 25 septembre :

Aucun souci. Ce sera mon œil de Moscou. de toute façon, il me soutiendra en 2017.

[Edit 26 septembre] Xavier Bertrand dément sur Twitter avoir tenu de tels propos car il "n'instrumentalise pas [ses] amis"

L'ancien secrétaire général de l'UMP fourbit donc ses armes en vue de la primaire. Au cours de son premier meeting de candidat à la présidence du parti, Nicolas Sarkozy a expliqué vouloir faire "cesser l'impression de pagaille" à l'UMP. L'ex-chef de l'État a également indiqué qu'il aurait "besoin" du soutien et du "travail" d'un certain nombre de personnalités de l'UMP, en vue de la rassembler et de la refonder.

Parmi eux : Alain Juppé, François Fillon (tous deux candidats aux primaires), Laurent Wauquiez, Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno le Maire (candidat à la présidence de l'UMP lui aussi), François Baroin, Éric Woerth ou encore Valérie Pécresse... Mais pas Xavier Bertrand. Ni Hervé Mariton ou même Nadine Morano, d'ailleurs.

Du rab sur le Lab

PlusPlus