Affaire Fillon : Claude Bartolone fait remarquer qu'il est "tellement facile" de prouver "le travail réel d’un assistant parlementaire"

Publié à 11h04, le 07 mars 2017 , Modifié à 11h07, le 07 mars 2017

Affaire Fillon : Claude Bartolone fait remarquer qu'il est "tellement facile" de prouver "le travail réel d’un assistant parlementaire"
Claude Bartolone au perchoir de l'Assemblée nationale © AFP

L'affaire des emplois fictifs présumés de Penelope Fillon ne s'arrête pas devant le maintien de la candidature de François Fillon. Car si le candidat à la présidentielle est à nouveau parvenu à mettre au pas les élus qui voulaient le pousser vers la sortie, et ce malgré une probable mise en examen imminente, les questions sur le fond de l'affaire demeurent. Claude Bartolone, notamment, s'en pose une ou deux.

Dans une interview au Monde mardi 7 mars, le président PS de l'Assemblée nationale précise qu'il "ne commente pas ce qui est couvert par le secret de l’instruction" et que "c’est à la justice [seule] de répondre" à la question de savoir si on parle bien, dans le cas des époux Fillon, d'emploi fictif ou non. Mais il glisse tout de même cette précision :

Il est tellement facile de démontrer quel est le travail réel d’un assistant parlementaire.

Référence très claire à l'absence de preuves concrètes apportées en place publique par le clan Fillon, en réponse aux accusations dont il fait l'objet. Les avocats du couple affirment bien avoir apporté des "éléments" concluants aux enquêteurs et à la justice, "qui démontrent la réalité du travail de Penelope Fillon". Mais le grand public n'en a pas eu connaissance. De son côté, Penelope Fillon a expliqué au JDD :

Je traitais le courrier en lien avec la secrétaire. Je préparais pour mon mari des notes et des fiches sur les manifestations locales de la circonscription, afin qu'il puisse avec mes mémos faire ses allocutions. Je lui faisais aussi une sorte de revue de presse locale. Je le représentais à des manifestations. Je relisais ses discours. J'ai toujours été associée à ses choix politiques, il a une confiance totale en moi, pour ma discrétion mais aussi pour ma loyauté. 

Cette attaque de Claude Bartolone est en fait la réponse à une défense très hasardeuse d'une élue filloniste. Le 2 mars sur BFMTV, Florence Portelli avait ainsi dégainé un argument des plus foireux en affirmant : "Quand vous êtes collaborateur parlementaire, quand vous êtes assistant parlementaire, vous pouvez même être payé à tricoter." Réponse de "Barto" au Monde :

Franchement, c’est la négation totale de ce qu’est le travail d’un collaborateur parlementaire. Et je ne me place pas ici sur un plan juridique mais par rapport à la réalité du terrain. Sans collaborateurs, pas d’interventions, pas d’amendements, personne pour rencontrer dans les circonscriptions les électeurs qui souhaitent adresser une demande. Je vois les assistants tous les jours travailler. Il est tellement facile de démontrer quel est le travail réel d’un assistant parlementaire.

 

Le président de l'Assemblée nationale ne se dit par ailleurs pas totalement favorable à une éventuelle interdiction des "emplois familiaux" pour les parlementaires, plaidant plutôt pour "la mise en place d’un véritable mécanisme de contrôle sur l’ensemble des emplois". "Dans certains parlements une commission se prononce sur la rémunération et le niveau de qualification qui justifie ou non l’embauche de telle ou telle personne. C’est une piste à explorer", fait-il valoir, précisant tout de même :

 

À partir du moment où il y a eu cet émoi dans l’opinion, il faut avoir une réflexion sur le sujet. J’ai créé un groupe de travail, pour avoir des éléments d’appréciation et de comparaison internationale, afin de prendre des bonnes décisions au regard des meilleures pratiques. Et pas juste de faire une annonce dans l’urgence jusqu’au prochain scandale…

Du rab sur le Lab

PlusPlus