Après le dérapage sur Christiane Taubira, le FN fait inspecter les comptes Facebook de ses candidats

Publié à 09h38, le 22 octobre 2013 , Modifié à 12h55, le 22 octobre 2013

Après le dérapage sur Christiane Taubira, le FN fait inspecter les comptes Facebook de ses candidats

SUR ECOUTES – Si la France est écoutée par la NSA américaine, les candidats du Front national aux municipales sont aussi étroitement surveillés. Par leur parti. Sur les réseaux sociaux notamment.

Suite aux propos racistes d’une ex-candidate FN (car suspendue depuis), dans l’émission Envoyé spécial, comparant Christiane Taubira à un singe, Steeve Briois, le secrétaire général du parti de Marine Le Pen, a écrit un courrier à tous les secrétaires départementaux.

L’objet : qu’ils surveillent les comptes Facebook et l’activité numérique de leurs candidats. Et qu'ils en rendent compte.

Dans cette note envoyée le 18 octobre, au lendemain même de la diffusion de l’émission, et publiée par l’hebdomadaire d’extrême droite Minute, dans son édition à paraître mercredi 23 octobre, Steeve Briois réitère ce qu’il avait déjà écrit dans une note interne datée de début septembre, et publiée par Le Plus du Nouvel Obs : les secrétaires départementaux du FN doivent "vérifier, ou faire vérifier, le contenu des pages Facebook et des tweets des candidats investis (ou à investir) aux élections municipales dans leur département".

Il réclame surtout surtout que, désormais, les cadres locaux doivent rendre un rapport sur ces activités numériques. Il en va, selon lui, de la crédibilité de son parti, "prochaine bataille à gagner", face à "l’opération de rediabolisation" que rencontre le FN.

Aussi écrit-il, appelant à la vigilance des "préfets" du FN, les secrétaires départementaux, dans leurs départements :

"

Je demande donc aux fédérations et aux secrétaires départementaux de passer au crible les comptes Facebook de chaque candidat du département (commentaires compris) dont il a la responsabilité.

Puis de nous établir un rapport ville par ville sur la bonne tenue du compte Facebook.

"

Sollicité par 20minutes.fr, ce mardi, Steeve Briois confirme l'existence de la note, et ... agite la théorie du complot.

Selon lui, des "pièges" sont régulièrement tendus aux militants et candidats frontistes en ligne.

Voilà ce qu'écrit 20minutes.fr:

"C’est sur Facebook qu’il y a généralement le plus de problèmes", assure Steeve Briois selon lequel des "pièges" seraient tendus par les adversaires politiques comme des insultes dont l’objectif serait de pousser les candidats frontistes à la faute. Il reconnaît aussi que les candidats "pensent avoir une totale liberté de parole" sur Internet. 

Dans sa précédente mise en garde, datée du 3 septembre, Steeve Briois écrivait :

"

Vous êtes les préfets du Front national dans vos départements. A ce titre, vous êtes chargés de vérifier, ou de faire vérifier, que les candidats aux municipales respectent la ligne du Front national sur leurs blogs ou sur les réseaux sociaux.

Bien que nous le répétions à chaque réunion, à chaque Conseil national et à toutes les séances de formation, nos consignes ont visiblement du mal à être retenues et respectées par quelques uns.

C’est pourquoi je vous demande de manière solennelle de vérifier, ou de faire vérifier immédiatement par une personne de votre choix, le contenu des pages Facebook, des tweets et des blogs des candidats de votre fédération.

La discipline est une élément sur lequel nous ne transigerons pas. Chaque candidat ne doit pas se laisser aller à des délires personnels ou idéologiques.

"

En réponse au dérapage dont elle a été victime, la ministre de la Justice Christiane Taubira avait dénoncé "la pensée mortifère et meurtrière du Front national". Face à ces déclarations de la garde des Sceaux, le FN a annoncé dans un communiqué, sa décision de porter plainte

Edit, 13h: ajout des citations de Steeve Briois à 20minutes.fr

Du rab sur le Lab

PlusPlus