Avec les néodéputés LREM, l’Assemblée nationale picole moins mais fume plus

Publié à 12h20, le 05 octobre 2017 , Modifié à 12h20, le 05 octobre 2017

Avec les néodéputés LREM, l’Assemblée nationale picole moins mais fume plus

DÉSINTOX - Parfois, le "nouveau monde" est relativement semblable à l’ancien. Mais parfois, il change radicalement. C’est notamment le cas sur la consommation d’alcools à l’Assemblée nationale. "Il (le nouveau député marcheur, ndlr) picole beaucoup moins", s’amuse "un député réélu" dans Valeurs actuelles de ce jeudi 5 octobre.

L’hebdomadaire révèle que la baisse de consommation d’alcool à la buvette de l’Assemblée nationale n’est pas sans conséquences. Ainsi le Palais Bourbon a été contraint de vendre une partie de sa cave à vin, comme le confirme au Lab le questeur Thierry Solère. Qui explique :

C’est bien le cas. Sociologiquement, il y a une différence importante entre l’Assemblée actuelle et la précédente. Cela se voit dans beaucoup d’endroits. Les députés boivent moins mais fument plus qu’avant.

Résultat, la chambre basse a été obligée de "rétrocéder une partie des stocks", confie Thierry Solère, puisque l’Assemblée nationale achète régulièrement des vins primeurs qui ne trouvent plus preneurs. Et c’est encore pire concernant les alcools forts dont les néodéputés ne sont pas fans.

L’histoire ne dit pas en revanche si le cocktail "séance de nuit" est toujours en vogue à la buvette pour les longues séances nocturnes dans l’hémicycle. Peut-être que les longs débats budgétaires à venir en convertiront certains.

Du rab sur le Lab

PlusPlus