Back to 1995, Juppé devient Premier ministre de Chirac: "ça me semblait couler de source"

Publié à 07h22, le 03 avril 2015 , Modifié à 07h22, le 03 avril 2015

Back to 1995, Juppé devient Premier ministre de Chirac: "ça me semblait couler de source"
Images d'archives diffusées dans Complément d'enquête le 2 avril 2015. © Images France 2

"Le meilleur d'entre nous" n'avait aucun doute. Alain Juppé, baptisé ainsi par Jacques Chirac, raconte dans l'émission Complément d'enquête, diffusée sur France 2 le 2 avril, sa rencontre avec celui qui deviendra son mentor en politique puis son accession à Matignon en 1995. Et celui qui a débuté dans son cabinet de Premier ministre en 1976, a occupé deux ministères et le porte-parolat du gouvernement avant de prendre la tête du RPR, savait pertinemment "au fond" de lui que Jacques Chirac le choisirait.

Il le raconte ainsi :

 

A l’époque tout le monde glosait pour savoir "qui sera premier ministre si Chirac gagne, Philippe Seguin, Alain Juppé ?" J’étais assez paisible au fond de moi-même. Il ne m’avait jamais dit "ce sera vous", mais je ne sais pas, ça me semblait couler de source.

Dans ce documentaire, Alain Juppé raconte également sa rencontre avec Jacques Chirac au printemps 1976. Inspecteur des finances, il reçoit un jour un appel du directeur de cabinet de celui qui est Premier ministre de Valéry Giscard d'Estaing :

Je mets ma plus belle cravate, mon blazer, et il me dit de but en blanc : "est-ce que ça vous intéresse de venir travailler avec Jacques Chirac à son cabinet de Premier ministre, pour vous occuper des questions économiques et puis, puisqu’il parait que vous savez écrire en tant que normalien, pour l’aider à préparer ses discours."

Le normalien hésite. Son épouse d'alors témoigne dans le documentaire de ses doutes : "est-ce qu'on peut faire de la politique quand on réfléchit trop ?", s'est alors demandé l'actuel candidat à la primaire pour 2017.

Finalement, Alain Juppé s'engage aux côtés de celui qu'il ne quittera plus : "Quand je lui ai remis ma première copie, mon premier discours, ça lui a plu. Il trouvait que mon style lui convenait bien. (...) Il a tout de suite senti que, voilà, j’étais fait pour la politique."

>> Une émission à revoir sur Pluzz jusqu'au 10 avril.

Du rab sur le Lab

PlusPlus