Ca y est, Marine Le Pen arrive à boire un café avec Vladimir Poutine

Publié à 12h29, le 24 mars 2017 , Modifié à 19h33, le 24 mars 2017

Ca y est, Marine Le Pen arrive à boire un café avec Vladimir Poutine
Vladimir Poutine et Marine Le Pen © Montage via AFP

On n'est pas bien là, entre *patriotes* russes et français, à boire un café devant les caméras de télévision ? Ce vendredi 24 mars, Vladimir Poutine a rencontré Marine Le Pen à Moscou. Un entretien au sommet entre le dirigeant russe et l'une de plus grandes admiratrices françaises.

La présidente du FN n'est pas repartie les mains vides : elle a reçu l'assurance de Vladimir Poutine que "la Russie n’interférera pas dans l'élection" présidentielle française. Et ça, c'est plutôt sympa de la part de Moscou, surtout depuis que l'on sait que le FBI enquête sur des liens entre l'équipe de Donald Trump et la Russie durant l'élection présidentielle américaine.

Capture Russia Today

Cette rencontre, diffusée par la télévision russe, est un joli coup médiatique pour Marine Le Pen après l'échec de sa rencontre avec Donald Trump en janvier dernier. Un échec qui n'en était pas un, d'ailleurs puisque Marine Le Pen, bien que dans la tour Trump à New York, n'avait pas essayé de rencontrer le président élu américain, avait-elle assuré. 

À noter que d'après la journaliste de Mediapart Marine Turchi, Marine Le Pen et Vladimir Poutine se sont déjà rencontrés, plus discrètement cette fois, en 2014 et en 2015.

Cette rencontre n'est en tout cas pas vraiment du goût de Benoît Hamon. Invité de BFMTV, le candidat socialiste à l'élection présidentielle a assuré que "Marine Le Pen était soumise au Kremlin". Il dit : 

Soumise, voilà ce qu'elle est Madame Le Pen. Soumise au Kremlin. Soumise parce qu'elle a manifestement bénéficié de millions d'euros de banques russes. Soumise parce que Vladimir Poutine soutient son projet de dislocation de l'Europe pour devenir maître du jeu demain sur le continent européen. Soumise fondamentalement parce que Vladimir Poutine l'inspire quant à la manière de diriger un pays. Ce qui me frappe, c'est cette allégeance de Madame Le Pen à la Russie à un moment où elle prétend défendre les intérêts de la France. Les intérêts de la France ne sont pas ceux du Kremlin. 

 

[Edit 19h33] déclarations de Benoît Hamon



À LIRE AUSSI SUR LE LAB

Macron dénonce "la fascination délétère" de Fillon, Le Pen et Mélenchon pour la Russie de Poutine

Florian Philippot assure que le FN n'aura pas de financement venant d'une banque russe

Du rab sur le Lab

PlusPlus