Macron dénonce "la fascination délétère" de Fillon, Le Pen et Mélenchon pour la Russie de Poutine

Publié à 11h45, le 24 mars 2017 , Modifié à 11h45, le 24 mars 2017

Macron dénonce "la fascination délétère" de Fillon, Le Pen et Mélenchon pour la Russie de Poutine
Emmanuel Macron. © AFP

Etant "et de droite et de gauche", comme il se définit, Emmanuel Macron est parvenu, lors du premier grand débat présidentiel sur TF1, à tomber d’accord tantôt avec François Fillon, tantôt avec Jean-Luc Mélenchon. Le grand écart. Mais il y a eu un important point de clivage entre les candidats sur les questions internationales. Et notamment concernant la Russie.

C’est ce "désaccord" que souligne Emmanuel Macron ce vendredi 24 mars dans une longue interview accordée à Libération. "C’est un de mes grands désaccords avec madame Le Pen, monsieur Fillon et monsieur Mélenchon", commence par expliquer le candidat d’En Marche, avant de mettre des mots sur cette divergence :

"

Leur fascination pour la Russie de Poutine est délétère.

"

"Il faut certes discuter avec la Russie pour assurer la stabilité au Moyen-Orient. Mais n’oublions pas qui ils sont, ce qu’ils font, et la nature de leur régime", poursuit l’ancien ministre de l’Economie.

La question des relations entre la France et la Russie avait donné lieu lundi soir à un vif débat entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, qui a défendu la renégociation des frontières de l'ancien bloc soviétique. Une idée alors approuvée par François Fillon, allié du candidat de la France insoumise sur cette question, et dont les résultats à la primaire de la droite avaient été salués par la presse russe qui voyait en François Fillon "un ami de Moscou".

Quant au FN, comme le titrait Le Monde en novembre 2016, il y a entre le parti de Marine Le Pen et la Russie, "une idylle qui dure". D’ailleurs, ce vendredi, la candidate du FN est… en Russie. Mais pas pour chercher des sous, assure Florian Philippot, puisque, dit-il, le parti d’extrême droite n’aura pas de financement venant d’une banque russe.

Du rab sur le Lab

PlusPlus