Claude Bartolone veut-il en finir avec le PCF en Seine-Saint-Denis ?

Publié à 19h47, le 20 juin 2013 , Modifié à 19h48, le 20 juin 2013

Claude Bartolone veut-il en finir avec le PCF en Seine-Saint-Denis ?
Claude Bartolone à la présidence de l'Assemblée nationale. (Maxppp)

Mission éradication du PCF pour Claude Bartolone. C'est ce que laisse entendre le Nouvel Observateur dans son édition datée du 20 juin. L'hebdomadaire attribue au président de l'Assemblée nationale la volonté de prendre au Parti communiste ses mairies dans le département dont il était le président du Conseil général, la Seine-Saint-Denis. 

La méthode ? Que le Parti socialiste ne fasse aucune liste d'union avec le PCF, comme il est d'usage, dans des villes comme Bagnolet, Saint-Denis, La Courneuve ou Villepinte. "Sauf peut-être à Saint-Ouen", précise le Nouvel Obs. 

Une stratégie que récuse le principal intéressé. Dans un droit de réponse publié sur son blog, Claude Bartolone parle de "foutaises" et s'étonne de n'avoir été contacté par la rédaction. Sur le fond, il assure que ces intentions ne sont pas celles que lui prête l'hebdomadaire : 

"

La stratégie que vous décrivez ne correspond en rien à mes intentions ; en la matière, c’est le PS qui tranchera en prenant en compte l’avis des militants et l’exigence de rassemblement de la gauche et des écologistes.

"

En février, l'élu socialiste avait déjà lancé un avertissement à l'égard des communistes. Au Parisien, Claude Bartolone avait déclaré que les communistes ne pourraient pas "demander" les voix des socialistes aux municipales s'ils n'ont comme "seul objectif d'affaiblir le président de la République et le gouvernement."

A l'époque, il déclarait : 

"

Je suis partisan du rassemblement, mais dans la clarté. Je ne crois pas aux additions de suffrages ou aux unions à la carte. Pour qu'il y ait accord électoral dans une ville, il faut que les partis qui le signent partagent l'essentiel du projet de société.

"

Déjà en 2008, cette question était l'objet de tensions. Dans le 93, le Parti socialiste avait pris Aubervilliers aux communistes alors que les Verts mettaient la main sur Montreuil. Et le PS avait maintenu ses candidats contre les maires PCF sortants de Bagnolet ou Saint-Denis.

Du rab sur le Lab

PlusPlus