Comment Cécile Duflot explique que le nucléaire n'est pas "une filière d'avenir"

Publié à 10h01, le 10 décembre 2013 , Modifié à 09h29, le 11 décembre 2013

Comment Cécile Duflot explique que le nucléaire n'est pas "une filière d'avenir"
(BFM TV)

REP A SA - Le nucléaire, "filière d'avenir" ? Arnaud Montebourg l'a une nouvelle fois assuré, lors d'un voyage en Chine, rapporte L'Usine nouvelle. Un avis que ne partage pas sa collègue du gouvernement Cécile Duflot

Invitée de BFM TV ce mardi 10 décembre, la ministre écologiste du Logement s'applique à expliquer combien le nucléaire n'est pas, selon elle, une "filière d'avenir". En déployant des trésors de diplomatie pour ne pas s'en prendre directement au ministre du Redressement productif. 

Comment éviter une nouvelle opposition entre ministres, en six étapes. 

>> Mise à jour, 11 décembre, 9h00 : Des trèsors de diplomatie ? "C'est bien vu", réagit Cécile Duflot en réponse au Lab sur Twitter et renvoie à France Info qui a vérifié que ses propos sur la Chine étaient vrais. 

1. MINIMISER LES PROPOS 

Un ministre qui disserte positivement sur le nucléaire, Cécile Duflot a l'habitude. C'est ce qu'elle affirme à Jean-Jacques Bourdin pour minimiser l'importance de la sortie d'Arnaud Montebourg. Pour elle, rien de très original :

"

- Vous avez vu les déclarations d'Arnaud Montebourg en Chine, le nucléaire filière d'avenir, vous êtes d'accord ? 

- C'est des déclarations classiques d'hommes politiques Français depuis 1974. Donc rien de très original.

"

2. ACCUSER LE JOURNALISTE 

Acculée par le journaliste qui martèle les divergences qu'elle peut avoir avec Arnaud Montebourg, elle explique pour se libérer de la question que c'est Jean-Jacques Bourdin qui souhaite créer la polémique et laisse entendre qu'elle ne tombera pas dans le piège : 

"

Si je parle à Arnaud Montebourg je n'ai pas besoin de le faire devant votre micro. (...)

Ce qui m'intéresse ce n'est pas de commenter les commentaires. (...)

Permettez moi de souligner que vous aimeriez bien créer une polémique entre Arnaud Montebourg et moi. 

"

3. RAPPELER LES PROMESSES DE FRANCOIS HOLLANDE 

Pour démontrer qu'elle n'est pas isolée, Cécile Duflot rappelle les propos du président de la République. Dans son programme, François Hollande était clair : la France devait passer à 50% d'énergie nucléaire en 2025. Propos répétés à la conférence environnementale : 

"

En France, on va diminuer par deux la consommation d'ici à 2050. Et on va faire passer la part du nucléaire de 75% à 50%. Voilà l'horizon de la politique française. C'est le président de la République qui a dit ça à la conférence environnementale. Et le premier ministre.

"

4. REPONDRE PAR LA NEGATIVE 

Malgré son opposition au discours d'Arnaud Montebourg, Cécile Duflot refuse de l'affronter trop directement. Pour cela, elle joue d'une astuce rhétorique et répond de manière renversée : 

"

- Vous dites donc que le nucléaire est une filière d'avenir mais pas la seule filière d'avenir ? 

- Je ne dis pas ça. Je dis qu'une grande partie des politiques Français disent ça depuis 1974. Je dis que l'avenir c'est la transition énergétique. 

- Donc l'avenir, ce n'est pas le nucléaire ?

- Si je vous dis ce qu'est l'avenir, par voix de conséquence je pense que d'autres ne le sont pas.

"

5. PRENDRE EXEMPLE SUR L'ETRANGER 

Un bon moyen d'argumenter est de prendre exemple sur l'étranger. Ce que fait Cécile Duflot, en citant la politique environnementale de la Chine, pays depuis lequel Arnaud Montebourg a tenu ses propos. 

"

L'avenir et la modernité c'est la transition énergétique. C'est ce que fait d'ailleurs la Chine, qui devient un des pays les plus innovants sur les énergies renouvelables. C'est ça l'avenir, et tout le monde le sait. On le sait à l'échelle de la planète. Si on regarde en Europe, l'Allemagne, la Belgique, l'Italie, tout le monde sort du nucléaire. Je considère que ce n'est pas ce chantier là qui est le chantier décisif. 

"

6. DEFINIR ELLE MÊME CE QU'EST L'AVENIR 

Enfin, Cécile Duflot fixe ce qu'elle pense être l'avenir, plutôt que de dire ce qui ne l'est pas. Et pour la ministre du Logement, c'est la "transition énergétique", comme le réclament depuis des années les écolos : 

"

Le vrai sujet c'est qu'est ce que c'est que l'avenir. Qu'est ce que c'est que la modernité ? L'avenir et la modernité c'est la transition énergétique.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus