Comment le FN veut se débarrasser de Jean-Marie Le Pen

Publié à 10h52, le 19 juillet 2017 , Modifié à 10h52, le 19 juillet 2017

Comment le FN veut se débarrasser de Jean-Marie Le Pen
Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen au Parlement européen. © AFP

Marine Le Pen se dirige-t-elle vers une nouvelle bataille politico-judiciaire avec son père Jean-Marie Le Pen ? Car le fondateur du FN est toujours encombrant pour la présidente frontiste. Exclu du parti d’extrême droite, Jean-Marie Le Pen en reste le président d’honneur, confirmé en ce sens par la justice. Ce qui lui permet, théoriquement, d’assister aux instances dirigeantes du FN. Une présence dont ne veut pas Marine Le Pen qui préfère payer une amende que de "l’avoir assis en face" d’elle.

Mais le Front national a peut-être trouvé la solution pour se débarrasser de la présence gênante du "Menhir". Selon Le Parisien de ce mercredi 19 juillet, la direction frontiste compte profiter des changements de statuts à venir du FN pour supprimer la présidence d’honneur du parti. "On a trouvé la parade !" jubile "l’entourage de la présidente". Un entourage qui ajoute :

On va tout simplement supprimer la fonction de président d’honneur de nos textes. Comme ça, il ne pourra plus se prévaloir de ce titre. Simple comme bonjour !

Simple comme bonjour, vraiment ? Jean-Marie Le Pen ne l’entend pas ainsi et ne compte pas se laisser faire. De quoi envisager une nouvelle bataille judiciaire. Toujours au Parisien, le conseiller de l’ancien finaliste de la présidentielle 2002, Lorrain de Saint Affrique, explique ainsi :

On s’attendait à ce genre de manœuvres. Mais nous pourrons bien évidemment faire un recours. (…) Si la fonction de président d’honneur à vie est amenée à disparaître des nouveaux statuts, il ne peut pas y avoir de rétroactivité de la décision.

Au FN, pourtant, la confiance règne. "Une fois validée par l’assemblée générale de nos adhérents, je ne vois pas comment il pourra contester cette modification", plaide "un stratège frontiste".

Cela promet un nouvel épisode de Game of Le Pen aussi palpitant qu'un épisode de Game of Thrones.

Du rab sur le Lab

PlusPlus