Danielle Simonnet (Parti de gauche) explique qu'il est tout à fait normal de fusionner avec le PS et de continuer à taper dessus après

Publié à 10h48, le 08 décembre 2015 , Modifié à 12h59, le 08 décembre 2015

Danielle Simonnet (Parti de gauche) explique qu'il est tout à fait normal de fusionner avec le PS et de continuer à taper dessus après
© BERTRAND GUAY / AFP

#NARMOL - Les listes pour le deuxième tour des régionales doivent être déposées avant 18h ce 8 décembre. Les discussions entre partenaires de gauche vont donc bon train. En Île-de-France, tout a été bouclé lundi 7 décembre entre Pierre Laurent, Emmanuelle Cosse et Claude Bartolone. Une union qui donne un espoir au président de l'Assemblée nationale de garder la région à gauche. La fusion de ces listes signifie-t-elle que tout est rose entre les partenaires ? Mais non, pas du tout.

Sur RMC, le 8 décembre, Danielle Simonnet, porte-parole du Parti de gauche explique : 

"

Nous, on prend nos responsabilités et on fait en sorte qu'à la fois celle et ceux qui ont voté pour nous au 1er tour puissent avoir leurs représentants parce que vous savez cette élection est assez antidémocratique puisque on est pas sur une proportionnelle à 100% alors qu'on va élire une assemblée régionale. Et donc la règle, c'est d'avoir un regroupement technique.

"

C'est technique et puis c'est tout. Et donc dès le 14 décembre, victoire ou pas, elle continuera à taper sur le gouvernement consciencieusement. Elle justifie cette attitude :   

"

On va continuer à contester (la politique du gouvernement, ndlr) de A à Z et et nous allons continuer à incarner justement cette opposition de gauche parce que justement on ne veut pas laisser ces sièges au Parti socialiste parce que nous estimons que dans les assemblées régionales, comme cela a déjà été le cas depuis 2010, il y a besoin d'avoir des élus d'opposition de gauche qui sont en capacité de relayer les batailles et les attentes des citoyens et citoyennes.

"

Donc le PS fait une place sur ses listes au Front de gauche pour espérer récupérer des suffrages de personnes qui sont opposées à sa politique. Limpide.

Mais, Danielle Simonnet fait quand même une différence entre PS et LR. Elle dit :     

"

Je fais quand même une distinction. La région dirigée par madame Pécresse - demandez par exemple aux associations féministes, aux associations de défense de l'égalité des droits (..) pour l'ensemble de ce mouvement là - c'est pas du tout la même chose. Et quand je dis ça, ça n'empêche pas de garder la totale indépendance d'autonomie de pensée et de bataille.

"

Voilà, la région n'est pas encore gagnée que Claude Bartolone est déjà prévenu : 

"

Cette opposition continuera à se battre.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus