Décès de Clément Méric : des députés socialistes s'indignent de la présence de Serge Ayoub à la télévision

Publié à 07h50, le 07 juin 2013 , Modifié à 07h59, le 07 juin 2013

Décès de Clément Méric : des députés socialistes s'indignent de la présence de Serge Ayoub à la télévision
Serge Ayoub sur i>TELE le 6 juin 2013 (image i>TELE)

Jeudi 6 juin, en pleine polémique sur les conditions de la mort de Clément Méric, Serge Ayoub, appelé également "Batskin" et fondateur des JNR, groupuscule d'extrême droite accusé d'être à l'origine du décès du jeune homme, a donné sa version des faits sur i>TELE. Une invitation de la chaine qui indigne plusieurs parlementaires socialistes.

Les députés Jean-Jacques Urvoas, Jérôme Guedj et Christophe Borgel ont ainsi fait connaitre leur désaccord en interpellant directement la chaine :

Et @itele, on invite des nazis en plateau maintenant ? @pascal_humeau @leasalame

— Jérôme Guedj (@JeromeGuedj) 6 juin 2013

Honte à celui qui au sein d'I-Télé a décidé d'inviter ce skinhead !

— Jean-Jacques Urvoas (@JJUrvoas) 6 juin 2013

Alors maintenant Batskin fait la tournée des plateaux... Drôle de façon d'informer... #meric @itele

— Christophe Borgel (@chborgel) 6 juin 2013

Lors de son TELE - Une)">intervention télévisée, et dans des termes identiques à ceux utilisés pour s'expliquer auprès de l'AFP quelques heures plus tôt, Serge Ayoub, visiblement énervé par les questions du journaliste, a assuré que les JNR n'avaient "aucune responsabilité" dans la mort du jeune militant anti-fasciste.

Tout en se faisant le porte-parole des quatre jeunes considérés comme les agresseurs de Clément Méric, Serge Ayoub n'a pas voulu dire clairement les liens qui les unissaient aux JNR :

"

Je n'en sais rien [si les jeunes ont des liens avec le JNR] ! On peut avoir des liens avec des gens, ça ne veut rien dire en soi. J'ai des liens avec mon boulanger, s'il fait un braquage, j'y suis pour rien. (...)

"

Il a également assuré que la responsabilité de la bagarre incombait à la victime :

"

Ils tombent face à face avec cinq membres d'extrême gauche qui leur dit: "On vous attend en bas et on va vous massacrer" (...) Celui qui est mort est l'agresseur.

"

A l'AFP, Serge Ayoub avait estimé que Clément Méric était "mal tombé" au milieu de "cet échange de coups". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus