Des militants de "Génération Identitaire" sur une terrasse du Parti socialiste, rue de Solférino

Publié à 16h07, le 26 mai 2013 , Modifié à 17h20, le 26 mai 2013

Des militants de "Génération Identitaire" sur une terrasse du Parti socialiste, rue de Solférino
Harlem Désir devant le siège du PS après l'action de Génération identitaire (Capture d'écran BFM Tv)

Harlem Désir a dénoncé dans un communiqué"une tentative d'intimidation des ennemis de la République" après que Génération identitaire a envahi pendant une vingtaine de minutes une terrasse du siège du Parti socialiste.

Interrogé sur BFM Tv, Harlem Désir a complété : 

Ce n'est pas quelque chose de commun, l'attaque d'un parti politique.

Toute une série de groupuscules avaient proféré des menaces, contre les organisateurs de la manifestation, contre des partis politiques... C'est quelque chose qu'on ne peut absolument pas tolérer.

Nous ne céderons à aucune pression, (...) quand une loi a été votée par le parlement, validée par le Conseil constitutionnel, promulguée par le Président de la République, c'est la loi de la république.

Pendant la journée dédiée à la manifestation contre le mariage pour les couples homosexuels, une vingtaine de membres de Génération identitaire, mouvement de jeunes se définissant comme "communauté de combat" et classé à l'extrême-droite, ont affirmé sur Twitter avoir investi le toit du siège du Parti socialiste, rue de Solférino.

Capture d'écran BFM tv.

Damien Rieu, qui se présente sur Twitter comme porte-parole de Génération identitaire, a tweeté une série de photo montrant des jeunes présentés comme membres de Génération identitaire sur une terrasse du 10, rue de Solférino.

Sur le toit de #solferino#direct#manifpourtoustwitter.com/DamienRieu/sta…

— Damien Rieu (@DamienRieu) 26 mai 2013

#Printempsfrançais#manifourtous Generation identitaire occupe solferino twitter.com/DamienRieu/sta…

— Damien Rieu (@DamienRieu) 26 mai 2013

Une banderole réclamant la démission de François Hollande a alors été déployée pendant plusieures minutes.

@lelab_e1 Ce n'est pas interdit de dire ce qu'il y a marqué sur la banderole hein ? "Hollande Démission" Voir photo twitter.com/FrDesouche/sta…

— Droite nationale (@droitenationale) 26 mai 2013

Capture d'écran BFM Tv.

"Nous donnerons toutes les suites judiciaires et la réponse la plus ferme qu'appelle ce comportement inacceptable", a indiqué à l'AFP Mehdi Ourahoui, Directeur de cabinet d'Harlem Désirl.

Des propos suivis par un tweet du Parti socialiste :

L'action d'un groupe extrémiste qui a occupé la terrasse mitoyenne à notre siège constitue une atteinte inacceptable envers la démocratie.

— Parti socialiste (@partisocialiste) 26 mai 2013

Sur Twitter, Thierry Marchal-Beck, président du MJS, la structure jeune du PS, a rapidement appelé à la dissolution du "Bloc identitaire".

Si certains avaient encore des doutes sur le besoin de dissoudre le @blocidentitaire#attaqueàladémocratie#délinquance

— Thierry Marchal-Beck (@ThierryMB) 26 mai 2013

Suivi par le député socialiste Eduardo Rihan-Cypel, peu avant 17h :

Il faut dissoudre ces groupes extrémistes qui portent atteinte à la démocratie en envahissant la terrasse extérieure du @partisocialiste#PS

— Eduardo RIHAN CYPEL (@Rihan_Cypel) 26 mai 2013

Valerio Motta, présenté sur Twitter comme "Dircom' adjoint" du Parti socilaiste, relativise la portée de l'action des militants, indiquant que les militants n'étaient pas rentrés à l'intérieur du siège du PS.

Cette terrasse est extérieure (entre le siège et l'immeuble voisin). Ils ne sont pas entrés dans le siège.

— Valerio Motta (@valeriomotta) 26 mai 2013

Les forces de l'ordre ont ensuite été déployés en masse pour déloger les militants.

RT @_rebeyne_: Une armée entière de CRS nous attend devant le siège du PS. #GenerationIdentitaire#solferinotwitter.com/_Rebeyne_/stat…

— Génération ID (@G_IDENTITAIRE) 26 mai 2013

Peu de temps après, les militants ont été évacués selon un tweet d'une journaliste de Mediapart présente sur place :

Les identitaires évacués de la terrasse du siège du PS.

— Marine Turchi (@marineturchi) 26 mai 2013

Génération identitaire s'était fait connaître en occupant, en octobre 2012, le toit d'une mosquée en construction à Poitiers en se revendiquant de "Charles Martel". A l'époque, déjà, le Parti socialiste avait appelé à la dissolution de Génération identitaire.

Du rab sur le Lab

PlusPlus