EDITO - Quand des intellos de gauche anti-FN veulent s'allier au Front national

Publié à 11h46, le 20 septembre 2015 , Modifié à 14h37, le 20 septembre 2015

EDITO - Quand des intellos de gauche anti-FN veulent s'allier au Front national
© AFP PHOTO/CHARLY TRIBALLEAU
Image Olivier Duhamel

Olivier Duhamel

Olivier Duhamel est l'éditorialiste du Lab. Il souligne ici les contradictions de Michel Onfray et compagnie. 

  •  Michel Onfray s'offusque quand on lui reproche des connivences avec le FN

Dans les colonnes du Monde, le 20-21 septembre 2015 :

"

J'ai été invité à Radio Courtoisie. Je n'y suis pas allé. [...] Marine Le Pen [...] je prends soin de ne pas la croiser.

"
  • Mais il soutient un front commun avec le FN

Dans la même tribune :

"

S'il y a un front commun possible de ceux qui sont contre l'Union européenne, contre l'euro, cela me paraît être une bonne idée.

"
  • Et pour aggraver l'incohérence...,  il invoque des figures qui ont rejeté, rejettent et rejetteront toujours une telle alliance

Avant de conclure :

"

Mais personne ne votera pour quelqu'un issu d'un parti. [...] Dans cette affaire, je ne roule pas pour moi (appréciez la modestie, ndlr)..., mais je pense plutôt à des gens comme Simone Veil ou Robert Badinter.

"

Vous avez bien lu : Simone Veil ou Robert Badinter pour conduire un front commun anti-européen englobant une partie de la gauche et l'extrême droite !

Au royaume du n'importe quoi, Onfray serait le roi. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus