France 2 organise un duel Cahuzac/Mélenchon dans Mots croisés

Publié à 12h52, le 04 janvier 2013 , Modifié à 13h17, le 04 janvier 2013

France 2 organise un duel Cahuzac/Mélenchon dans Mots croisés
Jérôme Cahuzac et Jean-Luc Mélenchon. (Montage via Reuters)

FACE A FACE – "Gauche contre gauche". Telle est la thématique de l’émission Mots Croisés de France 2, lundi 7 janvier, qui opposera Jean-Luc Mélenchon à Jérôme Cahuzac.

Et le duel -fait rare dans cette émission- garantit d’être électrique entre le ministre du Budget du gouvernement Ayrault, l’un des tenants du tournant économique entrepris par la majorité gouvernementale, et Jean-Luc Mélenchon, héraut du Front de gauche qui ne cesse de critiquer le gouvernement.

"Tous les thèmes qui divisent aujourd’hui la gauche seront abordés au cours de l’émission", avance France Télévision dans un communiqué de presse qui liste le programme : 

>> Le budget 

>> Les déficits 

>> La taxation des plus riches à 75% 

>> Le pacte de compétitivité

>> Florange

>> L’Europe

>> Le vote des étrangers aux élections locales

>> Notre-Dame-des-Landes, l’EPR

>> Et, en mode teasing, France 2 d’annoncer que l’émission s’achèvera sur "la méthode Hollande …".

Ce débat prometteur, annoncé une première fois pour le 17 décembre, avait finalement été annulé du fait du désistement de Jérôme Cahuzac.

Une annulation qui avait provoqué une passe d’arme sur Twitter entre les deux hommes. L’ancien candidat élyséen du Front de gauche avait fait part de son mécontentement et moqué l'usage fait par l’ancien président de la Commission des finances de l’Assemblée de hashtags "de combat", très récurrents depuis que le ministre est accusé par Mediapart d'avoir détenu un compte bancaire non déclaré en Suisse.

Le duel promet également d’être houleux du fait des relations plus que tendues entre le Parti socialiste et les autres composantes de la gauche.

En réaction aux "anti-vœux" de Jean-Luc Mélenchon dans lesquels il n’épargne rien au chef de l’Etat, François Hollande et Benoît Hamon avaient mené la charge, accusant le tribun du Parti de gauche de ne pas jouer assez collectif. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus