François Bayrou propose une alliance à Emmanuel Macron : les réactions politiques

Publié à 17h10, le 22 février 2017 , Modifié à 18h37, le 22 février 2017

François Bayrou propose une alliance à Emmanuel Macron : les réactions politiques
Je prends ma veste, je la retourne et je l'offre à mon nouveau copain Macron. © AFP
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

Finalement, François Bayrou ne sera pas candidat à l'élection présidentielle. Lors d'une conférence de presse mercredi 22 février 2017, le président du MoDem a proposé une alliance à Emmanuel Macron. "Parce que le risque est immense, parce que les Français sont désorientés et souvent désespérés, j'ai décidé de faire à Emmanuel Macron une offre d'alliance", a déclaré le maire de Pau, qui n'a pas souhaité parler de "ralliement" ni de "ticket" avec le candidat d'En marche ! Les réaction politiques ne se sont pas fait attendre. 

  • Les réactions à droite

A droite, sans surprise, les soutiens de François Fillon ont critiqué le manque de cohérence de François Bayrou. Ainsi, le porte-parole du vainqueur de la primaire de la droite Bruno Retailleau a tweeté un article du Figaro dans lequel François Bayrou qualifiait Emmanuel Macron de candidat "des forces de l'argent". Même angle d'attaque pour Thierry Solère sur son compte Twitter

Passions archives également pour Valérie Debord. La conseillère régionale LR du Grand Est a ressorti un vieux tweet de François Bayrou où il critiquait Emmanuel Macron. 

Pour le député LR des Français de l'étranger, Thierry Mariani, "François Bayrou soutient le candidat de la Gauche relookée". 

Pour le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, l'alliance Bayrou-Macron est celle "du vide, sans programme, sans cap, ni vision pour la France". 

Pour un autre député des Alpes-Maritimes, Lionnel Luca, François Bayrou fait "la courte échelle à la gauche". 

Quant au député LR de Savoie Dominique Dord, il ironise sur l'alliance entre les deux hommes. "Bayrou propose à un banquier d'affaires une exigence de mettre fin aux risques de conflit d' intérêt", a-t-il expliqué sur son compte Twitter. 



  • Les réactions à gauche 

A gauche, certains élus se sont également amusé à ressortir des archives *légèrement* gênantes pour François Bayrou. Le sénateur PS David Assouline a ressorti un tweet de Bayrou de décembre dernier. "Les programmes économiques de François Fillon et d'Emmanuel Macron présentent beaucoup de similitudes", expliquait le président du MoDem en décembre dernier.

"Il faut saluer la hauteur de vue et le sens de l'intérêt général de Bayrou qui ouvre une perspective de rassemblement salutaire", a estimé de son côté le député vallsiste Christophe Caresche.



  • Les réactions au Front national 

Le secrétaire général du Front national Nicolas Bay a, lui aussi, ressorti des archives. Et notamment ce papier où François Bayrou estimait qu'Emmanuel Macron était "le candidat des forces de l'argent". 

Le député frontiste Gilbert Collard estime de son côté que "le mauvais augure a encore frappé". 

"Bayrou a fait battre Nicolas Sarkozy. Maintenant, il veut faire battre François Fillon", assure le trésorier du FN Wallerand de Saint Just. 



  • Et dans le camp Macron au fait ?

Dans le camp d'Emmanuel Macron, on jubile forcément après l'annonce de François Bayrou. "Pour la première fois dans l'histoire de la Ve République, les progressistes sont en mesure de se rassembler pour faire gagner la France", a salué le maire de Lyon Gérard Collomb. 

Pour Jean-Pierre Mignard, proche de François Hollande et soutien d'Emmanuel Macron, "Bayrou et Macron sur le point de réussir ce que Chaban, Rocard et Delors avaient tenté". 



  • Et Rama Yade dans tout ça ? 

"Bayrou chez Macron-L'UDI chez Fillon. Loin des reniements et soumissions,le centre indépendant, le seul vrai, a définitivement sa candidate", a estimé de son côté Rama Yade. "La pensée unique vit son plus grand fantasme", a-t-elle ajouté dans un deuxième tweet. 



[A LIRE AUSSI SUR LE LAB]

> Finalement, François Bayrou propose une alliance avec Emmanuel Macron

VIDÉO - Quand Bayrou étrillait Macron, le candidat du "pouvoir de l'argent"

Du rab sur le Lab

PlusPlus